Oscars 2022 – "Un Monde", premier long métrage de Laura Wandel, représentera la Belgique aux Oscars

"Un Monde", premier long métrage de Laura Wandel, représentera la Belgique aux Oscars, annonce Wallonie Bruxelles Images jeudi dans un communiqué.

"Un Monde" peut dorénavant prétendre à l’Oscar du meilleur film international, à condition qu’il soit retenu par la suite parmi les nommés qui seront annoncés en février.

 

La critique d'Hugues Dayez

"Un monde" raconte la rentrée scolaire de Nora, qui rejoint l’école où se trouve déjà son grand frère, Abel. Mais très vite, la fillette est désemparée : elle découvre que son frère est victime de harcèlement de la part de ses camarades, et elle ne sait comment faire pour lui venir en aide… Tout raconter à leur père ? Ce serait trahir la confiance d’Abel, et peut-être aggraver la situation.

La caméra de la réalisatrice ne quitte pas d’une semelle le personnage de Nora, interprétée par une jeune Carolo, Maya Vanderbeque, repérée parmi plus de cent candidates lors du casting. Maya avait neuf ans au moment du tournage, elle en a onze aujourd’hui… Les avis sont unanimes : elle crève l’écran dans un rôle difficile. Car le film de Wandel va au bout de son sujet avec une radicalité impressionnante : pas de graisse inutile, aucune scène anecdotique ne vient distraire l’attention du spectateur, entièrement focalisée sur les tourments de la petite fille.

lire aussi : "Un monde", la (belle) surprise belge du festival de Cannes

En une heure et dix minutes, la cinéaste évoque une foultitude de thèmes : le besoin d’intégration, le prix à payer pour y arriver, la loyauté, les pulsions de violence… Et surtout, elle évite tous les clichés : au lieu de choisir un enfant harcelé comme personnage principal, elle a choisi de se focaliser sur le témoin du harcèlement – et la difficulté morale de cette position, quand ce témoin est la cadette, et non l’aînée de la fratrie. "Un monde" est un film très fort, qui ne laisse pas le spectateur indemne, et c’est tant mieux.

À LIRE AUSSI