Nadine Labaki, prix du jury à Cannes, appelle à agir pour "l'enfance mal aimée"

Nadine Labaki, prix du jury à Cannes, appelle à agir pour "l'enfance mal aimée"
Nadine Labaki, prix du jury à Cannes, appelle à agir pour "l'enfance mal aimée" - © ALBERTO PIZZOLI - AFP

La réalisatrice libanaise Nadine Labaki, couronnée par le prix du jury à Cannes, a appelé samedi à "ne plus continuer à tourner le dos et rester aveugle à la souffrance" des enfants des rues et maltraités.

"Je voudrais vous inviter à réfléchir, parce que l'enfance mal aimée est à la base du mal dans le monde", a lancé la cinéaste en recevant son prix pour "Capharnaüm", un film sur l'enfance abandonnée qui a ému une partie de la critique. "On ne peut plus continuer à tourner le dos et rester aveugle à la souffrance de ces enfants qui se débattent comme ils peuvent dans ce capharnaüm qu'est devenu le monde", a ajouté la réalisatrice, découverte en 2007 à Cannes avec son premier film, "Caramel".

Tableau des laissés-pour-compte et des invisibles (les sans papiers au Liban), "Capharnaüm" suit les traces de Zain, 12 ans, un enfant des rues révolté, en guerre contre ses parents qui refusent de l'envoyer à l'école et lui donnent des coups à la place. "J'espère que ce film va pouvoir ouvrir le débat grâce à ce prix du plus grand festival de cinéma du monde", a dit en conférence de presse Nadine Labaki, dédiant sa récompense à "son pays" (le Liban), "qui, malgré tout ce qu'on lui reproche, se débat comme il peut".

"Il a quand même accueilli le plus grand nombre de réfugiés dans le monde, même si il n'a pas les moyens de subvenir (aux besoins) de toute la population", a ajouté la réalisatrice, longuement applaudie.

"Pendant que je fête le cinéma avec vous, je ne peux pas ne pas penser à une petite fille qui s'appelle Cedra, qui a joué le rôle de Sahar dans le film", a dit encore Mme Labaki. "Aujourd'hui, Cedra a probablement passé toute sa journée debout sous le soleil, le visage collé contre les vitres des voitures, à essayer de se défendre comme elle peut contre les insultes, contre les humiliations des uns et des autres", a-t-elle ajouté, soulignant qu'elle s'était probablement "endormie en rêvant qu'un jour, elle pourrait aller à l'école, comme tous les enfants de la Terre".

Haita Izam, dite Cedra, qui joue la soeur du héros, est une jeune réfugiée syrienne née aux alentours de 2004 et installée au Liban depuis 2012, où elle est devenue marchande de chewing-gum dans les rues de Beyrouth, selon le dossier de presse du film."Je vous dis cela parce que je sais qu'à nous tous, ici présents, on peut changer quelque chose", a martelé la cinéaste. "Je ne sais pas quelle est la bonne solution. Moi-même je ne l'ai pas. Avec toute ma bonne volonté, je n'ai pas réussi à sauver Cedra de la rue, et je ne sais pas quel va être le destin de Zain non plus quand il rentrera chez lui".

Tourné en six mois, "Capharnaüm" est composé uniquement d'acteurs non professionnels, dont Zain Al Rafeea, le jeune réfugié syrien qui tient le premier rôle et qui était sur la scène de Cannes samedi soir avec Nadine Labaki.