Kita Bauchet et les Bains Publics

L'affiche de "Bains publics"
L'affiche de "Bains publics" - © DR

En 2016, Kita Bauchet réalisait Une vie contre l’oubli, un film en hommage à André Dartevelle, un grand documentariste de la RTBF. Elle lui avait donné la parole quelque temps avant sa disparition. Une fois de plus, la cinéaste fait œuvre d’écoute.

En tournant Bains publics dans la piscine des Marolles, elle rassemble baigneurs et nageurs de générations et classes sociales confondues. Les uns nagent dans les bassins ; les autres parmi les plus défavorisés viennent prendre une douche. L’élément aquatique favorise le brassage social qui opère dans le lieu. Le film rassemble des personnalités fortes ou fragiles magnifiées par leur voix et leur parole. L’humain se révèle devant la caméra de Kita Bauchet. Le film est un huis-clos. Hormis les vues du quartier filmées du toit de la piscine, toutes les scènes sont enregistrées intra-muros. Les images prises à l’extérieur du haut du phare montrent la place du jeu de balle telle une plage à marée à basse. Le film est lumineux. L’harmonie des couleurs et des contrastes est obtenue par un étalonnage subtil opéré par Mélanie Trivier. Un bémol, l’absence d’un fil narratif, compensé par l’humanisme des portraits.

En salle au Palace à Bruxelles. Projection le 14 décembre à la piscine des Marolles.

L'interview de Kita Bauchet

Quelques extraits du film

Quelques extraits du film