"Eyes Wide Shut", le dernier chef-d'œuvre de Stanley Kubrick

“Eyes Wide Shut”, le dernier chef-d’œuvre de Kubrick, au cinéma Palace
“Eyes Wide Shut”, le dernier chef-d’œuvre de Kubrick, au cinéma Palace - © Warner Bros / YouTube

Pour le réveillon de la nouvelle année, le cinéma bruxellois Palace organise une projection du dernier film de Stanley Kubrick, le mystérieux "Eyes Wide Shut".

Si "Eyes Wide Shut" est aujourd'hui considéré par beaucoup comme un des meilleurs films de Stanley Kubrick, la réception à l'époque de sa sortie fut, il faut le dire, plutôt partagée — une habitude pour le cinéaste controversé. Attendu depuis des années, l'ultime long-métrage du réalisateur a été pendant sa longue gestation l'objet de beaucoup de spéculations, que la réalité ne pouvait que trahir. Avec un tournage d'une durée record (400 jours, qui valent au film d'être le Guinness World Record), la présence à l'affiche du couple Nicole Kidman et Tom Cruise, le décès prématuré de Kubrick avant la sortie et les rumeurs d'une œuvre de nature quasi pornographique, les attentes à l'égard du film prirent des proportions absurdes.

À l'arrivée, le long-métrage déjoua ce qu'avait créé l'imagination des spectateurs. Retors, mystérieux, audacieux et onirique, "Eyes Wide Shut" n'était pas l'œuvre attendue, même dans sa représentation de la sexualité. Si celle-ci est au cœur des préoccupations du récit, l'érotisme froid, élégant et étrange des images n'avait pas grand-chose à voir avec la crudité d'un film X.

À l'origine du film se trouve "Traumnovelle", une nouvelle du romancier autrichien Arthur Schnitzler se déroulant dans la Vienne du XIXe siècle, que Kubrick a transposé dans un New York plutôt contemporain (mais complètement reconstruit en studios en Angleterre!). On y suit les pas de Bill Hardeford (Tom Cruise), docteur respectable à Manhattan, qui à la suite de certaines révélations faites par son épouse Alice (Nicole Kidman), s'embarque dans une odyssée nocturne à travers la ville. Il y fait une série de rencontres de plus en plus étranges qui jouent sur ses désirs et défient l'imaginaire. S'agit-il de ses fantasmes ? Où s'arrête le rêve ? Et où commence le cauchemar ?

20 ans après sa sortie, le film continue d'être l'objet de théories et d'interprétations. Réflexion ambiguë sur le couple et la sexualité, "Eyes Wide Shut" est un labyrinthe dans lequel de nombreux cinéphiles aiment se perdre encore et encore. Pour clôturer l'année, le cinéma Palace propose de (re)découvrir cette œuvre majeure dans une version restaurée. Un choix de saison, puisque les décorations de Noël sont partout dans ce film fantasmagorique.

 

Plus d'informations à cette adresse.