"Elles Tournent", le festival qui met les réalisatrices en avant

La comédie nigérienne "Rule Number One" est au programme de la 12ème édition du festival "Elles Tournent"
La comédie nigérienne "Rule Number One" est au programme de la 12ème édition du festival "Elles Tournent" - © Tous droits réservés

Du 23 au 26 janvier, BOZAR et le cinéma Vendôme accueillent la douzième édition de “Elles Tournent”, un festival consacré exclusivement aux films réalisés par des femmes.

C'est incontestable : il y a, dans l'industrie cinématographique, beaucoup moins de réalisatrices que de réalisateurs. Il suffit de jeter un œil aux dernières sorties en salles pour constater qu'un déséquilibre injuste existe, ce que les chiffres confirment. Cette absence se fait peut-être encore plus ressentir au cours des cérémonies de récompenses, comme les Oscars, qui contribuent à laisser les réalisatrices dans l'ombre. Aucune femme n'a été nommée au prix de la meilleure réalisation cette année, ce qui ne change guère des éditions précédentes. Dans l'histoire des Oscars, 5 réalisatrices au total ont été nommées pour gagner cette prestigieuse statuette, et une seule l'a remporté (Kathryn Bigelow pour “The Hurt Locker”). Le phénomène se retrouve aussi dans la grande majorité des festivals. Au dernier festival de Cannes, sur les 21 films briguant la Palme d'or, 4 seulement étaient signés par des femmes.

Fort heureusement, tous les festivals ne vont pas dans ce sens. Certains choisissent même d'inverser délibérément la tendance. C'est le cas de “Elles Tournent”, un festival bruxellois qui ne sélectionne que des films tournés par des réalisatrices. Créé en 2008, cet événement annuel a été conçu afin de donner une plus grande visibilité à celles que le milieu très masculin du cinéma a marginalisées.

Au programme de cette douzième édition, on trouve des longs-métrages inédits venus d'un peu partout dans le monde, comme la comédie nigérienne “Rule Number One” ou le biopic iranien “Here The Seats Are Vacant”, mais aussi des productions belges. C'est la Bruxelloise Patrice Toye qui fera ainsi l'ouverture du festival avec “Muidhond”, un film qui aborde le sujet difficile de la pédophilie. De nombreux documentaires et courts-métrages seront également projetés au cours des 4 jours du "Elles Tournent". La programmation complète est disponible à cette adresse.

 

La cérémonie d'ouverture a lieu ce jeudi 23 janvier au BOZAR. Le reste de la programmation pourra être découvert au cinéma Vendôme.