L'interview de Jessica Chastain pour A Most Violent Year

Jessica Chastain aux Golden Globes, en janvier dernier
2 images
Jessica Chastain aux Golden Globes, en janvier dernier - © Jason Merritt/Getty Images/AFP

Hugues Dayez a rencontré l'actrice à Londres, pour sa prestation dans le film de J.C. Chandor, "A Most Violent Year". L'interview intégrale.

Jessica Chastain avait déjà repéré le talent du réalisateur J.C. Chandor, dans ses films précédents, et quand elle l'a rencontré à Cannes, elle n'a pas eu beaucoup d'hésitations à s'embarquer dans ce rôle de femme qui sort des stéréotypes..

L'interview intégrale en version originale :

L'avis de Hugues à propos du film

En 2011, J.C. Chandor se faisait remarquer avec " Margin call ", tragédie aux accents shakespeariens dans le monde des traders de Wall Street. Deux ans plus tard, il montrait à Cannes " All is lost ", avec Robert Redford en naufragé solitaire. Aujourd’hui, voici " A most violent year " qui confirme son talent original.

New York, 1981. Abel Morales, immigré latino-américain, est chef d’entreprise à Brooklyn, à la tête d’une petite société de transport de fuel. Alors qu’il contracte un prêt pour acheter de nouveaux terrains pour sa société, ses camionneurs sont agressés, ses véhicules détournés, son fuel dérobé… Abel se retrouve le couteau sur la gorge, et pourtant, il veut continuer à ne pas dépasser les limites de la légalité et surtout, ne pas céder aux pressions de la mafia locale.

"A most violent year ", sur le papier, pourrait n’être qu’un banal film de gangster. Mais comme son illustre prédécesseur Sidney Lumet, le réalisateur J.C. Chandor s’empare d’un genre cinématographique pour faire une radioscopie en profondeur de la société américaine. Son film explore the dark side of the American Dream, la face cachée du rêve américain. Il pose la question: le fantasme de la réussite à tout prix est-il réalisable sans coups bas, sans entorse à la loi, à l’aube d’une décennie, les années 80, qui a vu l’explosion du capitalisme sauvage ?

Pour soutenir son propos, Chandor a réuni une distribution brillante. Abel Morales est incarné par Oscar Isaac. Anciennement habitué aux seconds rôles, on l’a vu en vedette en chanteur folk raté dans " Inside Llewyn Davis " des frères Coen, puis en guide touristique dans " The two faces of january ". A ses côtés, dans le rôle d’Anna Morales, son épouse moins scrupuleuse, on retrouve avec plaisir Jessica Chastain, une des actrices les plus charismatiques de ces trois dernières années. Ajoutez à cela une reconstitution pleine d’ambiance du New York enneigé de 1981, et vous aurez compris que " A most violent year ", c’est du vrai, du grand cinéma.

La séquence du JT

La bande annonce du film

L'affiche du film