L'interview de Guillaume Gallienne pour Maryline

Après l’immense succès critique et public de son premier long-métrage "Les garçons et Guillaume, à table !", Guillaume Gallienne aurait pu surfer sur la vague et rester dans le même registre pour son deuxième film. Il n’en est rien : l’acteur réputé de la Comédie Française change de genre avec un drame dans lequel, cette fois, il ne joue pas et qui s’intitule "Maryline". Soit l’histoire (inspirée par un témoignage qu’a recueilli Gallienne il y a une quinzaine d’années) d’une jeune femme d’origine modeste, qui quitte son patelin d’enfance pour monter à Paris dans l’espoir de devenir comédienne. Humble et timide, Maryline manque de se faire broyer par des metteurs en scène tyranniques…

Le film dépeint les bas et les hauts de la carrière de la jeune femme, ses passages à vide, sa tentation de l’alcoolisme. Mais Gallienne ne construit pas un récit fluide et linéaire, il multiplie les ellipses ; dès lors son film désarçonne parce qu’il ressemble plus à une "collection de moments" qu’un portrait achevé. Heureusement, certains de ces moments comportent une vraie force dramatique, même si d’autres sont moins convaincants.  Mais surtout, le film a le grand mérite de révéler à l’écran une actrice de la Comédie Française, Adeline d’Hermy, qui tient avec talent le film sur ses frêles épaules.