Walter Bouvais, la "fourmi" entrepreneuse et co-autrice du film documentaire "Animal"

Ancien journaliste de l’économie et du vivant, dorénavant entrepreneur, Walter Bouvais a coécrit le film "Animal" avec son réalisateur Cyril Dion. Rencontré quelques heures avant la projection du long métrage au Festival de Cannes 2021, Walter Bouvais vit sa vie avec l’humilité d’une fourmi.

"Je suis une fourmi". La métaphore peut étonner tant elle est inattendue. Pourtant, elle prend forme dans plusieurs strates de la vie de Walter Bouvais. Nous rencontrons l’homme de 48 ans dans la fourmilière du Festival de Cannes, quelques heures avant la projection du film "Animal", réalisé par Cyril Dion et projeté sur la Croisette dans le cadre de la sélection éphémère "Le cinéma pour le climat". Ancien journaliste et éditeur de presse, conférencier et dorénavant entrepreneur à temps plein, Walter Bouvais a "apporté sa pierre à l’édifice" dans ce projet en tant que coauteur, grâce à quinze ans de travail sur l’économie et le vivant. Par humilité et admiration certaine pour "le talent de Cyril", il martèle de nombreuses fois que "ce n’est pas [s] on film", qu’il n’en a dessiné qu’une partie, que le réalisateur de "Demain" est l’artisan principal de ce qu’est devenu le long métrage.

Une fourmi aussi donc, car la métaphore est une formule pour garder les pieds sur terre, exprimer l’idée que l’humain n’est qu’une infime partie du vivant et de la biodiversité. L’homme aux cheveux grisonnants et aux Veja blanches répond d’un calme naturel aux questions. Il évoque ses années de journaliste et éditeur de presse "engagé" au magazine Terra Eco, l’un des journaux pionniers de la transition écologique qu’il a fondé en 2004, dont l’aventure s’arrête en 2016, et qui l’a amené à rencontrer un lecteur fidèle : Cyril Dion.

Il évoque ensuite l’entreprise Open Lande, cofondée en 2018 avec trois autres entrepreneurs, dans laquelle il met le gros de son énergie. "Je suis entrepreneur à 80%, le reste étant dédié à mes projets d’écriture et aux conférences", dit-il. Open Lande, cette "fabrique" qui accompagne et porte des projets à "impact écologique et humain", met "des métiers au service de la transition écologique". Aujourd’hui à Nantes, demain partout en France.

"La vie s’en remettra avec ou sans nous"

"Je suis un passeur". Encore une allusion que l’on peut attribuer à la fourmi qui passe aux autres le fruit de son travail pour construire quelque chose de plus grand que l’individu : "Ma musique personnelle est de faire passer des messages", déclare-t-il. L’économie et le vivant le passionnent, la biodiversité l’habite. Il vit dorénavant près de Nantes, pour retrouver ses éléments : les bords de Loire et l’immensité de l’océan. Père de deux enfants, il constate au quotidien que nous devons "modifier notre rapport au vivant". "Mes enfants, et moi inclus, connaissons les marques de voitures, mais nous sommes incapables de citer les 'marques' des arbres qui nous entourent”, explique Walter Bouvais. Une preuve selon lui qu’il faille se "reconnecter à la source du vivant".

Sa vision du futur n’est ni pessimiste ni optimiste, mais il se dit enthousiaste de faire bouger les lignes avec l’entrepreneuriat à impact. "Je suis très heureux de voir que ça bouge culturellement aussi", déclare-t-il, car les questions climatiques prennent de plus en plus de place dans le débat public. Toujours avec une humilité de fourmi et une nuance indomptable, il laisse sur le côté la vision anthropocentriste du monde : "Ce n’est pas politiquement correct de dire cela, mais la vie s’en remettra avec ou sans nous", pointant les cinq précédentes extinctions massives et la vie, encore longue, de notre planète.

Pour toutes ces raisons, "Animal" arrive "au bon moment". Après une crise sanitaire et une prise de conscience profonde d’une partie de la population, "il y a moyen de toucher un large public", confie-t-il. Au café près du Palais des Festivals, il regarde autour de lui l’agitation de la ville, un infime sourire sur le visage. Être ici pour une fourmi, "c’est déjà du bonus".

"Animal" de Cyril Dion, écrit par Cyril Dion et Walter Bouvais, sortira au cinéma le 24 novembre prochain.