"La compétition à Cannes, c’est le rêve de tous les cinéastes" (Joachim Lafosse)

Fraîchement sélectionné en compétition officielle du Festival de Cannes avec son nouveau film "Les Intranquilles", Joachim Lafosse s’est dit "très fier", mercredi, d’avoir l’opportunité de concourir pour la Palme d’or et de se trouver parmi les 24 films retenus sur quelque 2000 candidatures. "La compétition à Cannes, c’est le rêve de tous les cinéastes", a confié le cinéaste, interviewé par l’agence Belga.

"Je suis très fier d’être sélectionné avec ce film-là parce que je suis assez confiant dans ce long métrage", réagit Joachim Lafosse. Avec le recul, "je comprends pourquoi les films précédents étaient à Un certain regard ou à la Quinzaine des réalisateurs", poursuit-il, estimant que ce qui a fait la différence cette fois c’est le fait que "Les intranquilles" soit davantage dans la "sensibilité" et "l’émotion".

 

2 images
Les acteurs français Leïla Bekhti et Damien Bonnard incarnent un couple dont le quotidien est bouleversé par la bipolarité de l’un d’eux. © Stenola Production (page Facebook)

"Pour avoir fait des projections dans des petites salles, avant de soumettre le film au comité de sélection, j’ai eu le plaisir de découvrir que les gens étaient très très émus en le découvrant", explique le cinéaste, déclarant arriver cette fois avec une œuvre "moins raide". "Ce que j’ai aimé en faisant ce film, c’est que nous n’avons pas essayé d’être intellectuels. On a voulu se laisser émouvoir par les acteurs. J’ai été embarqué par eux aussi."

Après l’annonce de sa sélection, le réalisateur a reçu les félicitations des frères Dardenne, doublement palmés à Cannes avec Rosetta en 1999 et L’Enfant en 2005.

"La plupart des gens avec qui je travaille ont été formés par les Dardenne, notamment certains acteurs. C’est avec eux que j’ai commencé à réfléchir et penser le cinéma. Je fais un cinéma qui n’est pas le leur et qui est différent. […]", souligne Joachim Lafosse. "Le cinéma belge est formidable de sa pluralité. Il y a de la place pour faire cohabiter les générations."

Avec ce drame intime, Joachim Lafosse signe sa 4e participation cannoise. Par le passé, le cinéaste avait déjà marqué les esprits à plusieurs reprises sur la Croisette.

En 2012, il avait ainsi présenté "A perdre la raison" dans la section "Un certain regard", qui avait valu un prix d’interprétation féminine à Emilie Dequenne. A deux reprises, il avait également été retenu pour la Quinzaine des réalisateurs, avec "Elève libre" en 2008 et "L’Economie du couple" en 2016.

Dans "Les Intranquilles", les acteurs français Leïla Bekhti et Damien Bonnard incarnent un couple dont le quotidien est bouleversé par la bipolarité de l’un d’eux.

Le long métrage est produit par Stenola Productions avec l’aide du Centre du cinéma et de l’audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles.