"Wild Wild Country" : les Indiens contre les cowboys

"Wild Wild Country" : les Indiens contre les cowboys
2 images
"Wild Wild Country" : les Indiens contre les cowboys - © Netflix

La série documentaire de Netflix revient en six épisodes sur une affaire rocambolesque : l’installation d’une communauté sectaire menée par un gourou indien au fin fond de la campagne américaine et ses conséquences.

 

En 1981, Antelope était une petite ville tranquille du nord de l’Oregon où moins d’une cinquantaine d’âmes vivaient une retraite verdoyante, entourés par des collines à perte de vue. Les habitants étaient à mille lieux de s’imaginer ce qu’ils s’apprêtaient à vivre. Un matin comme un autre, des centaines de personnes, toutes de rouge vêtues ont commencé à affluer en direction d’un ranch récemment cédé pour quelques millions de dollars, pour s’y établir et commencer des travaux. La communauté qui se réclamait de Bhagwan Shree Rajneesh s’était présentée comme un petit groupe spirituel venu chercher la paix et la quiétude de la campagne. Durant des mois, ces drôles de voisins ont fait sortir de terre une ville prête à accueillir quelques 10.000 fidèles, ce qui ne ressemblait plus vraiment à ce qui était convenu au départ. Les retraités d’Antelope ont alors commencé à déchanter et se poser des questions. Qui sont ces gens et comment sont-ils arrivés ici ?

 

Le groupe spirituel s’est formé autour de Bhagwan Shree Rajneesh, un gourou indien, quelques années auparavant. L’homme, un ancien professeur de philosophie dans les universités indiennes a trouvé l’éveil dans les années 50 avant de commencer à expérimenter sur le terrain de la méditation. Excellent orateur au charisme magnétique, sa vision très libre à bien des niveaux lui a valu quelques scandales mais aussi de plus en plus d’adhérents au fil des années. Au fur et à mesure que sa communauté a grandi, Rajneesh s’est construit une petite fortune autour des classes de méditations payantes. C’est cet argent qui a permis d’acheter le ranch et son terrain dans l’Oregon. Entouré par des milliers d’adeptes, l’homme est arrivé comme un prince dans sa nouvelle ville baptisée Rajneeshpuram. 

 

Pas vraiment habitués à côtoyer d’autres personnes que des bons chrétiens blancs américains”, les habitants d’Antelope ont commencé à attaquer en justice la communauté. Leurs principaux arguments : la volonté de préservation des terres rurales et la construction illégale d’une cité religieuse qui outrepasse le premier amendement de la Constitution américaine. Mais c’était sans compter la réaction des adeptes de Rajneesh et spécialement de sa secrétaire Ma Anand Sheela. La communauté a commencé à racheter toutes les maisons à vendre du centre-ville d’Antelope, envahissant littéralement le territoire ennemi. C’est cette escalade entre les retraités de l’Oregon et la communauté sectaire qui est racontée en six épisodes aux rebondissements assez hallucinants. La série documentaire Netflix revient sur une partie oubliée de l’histoire contemporaine américaine, elle est signé Chapman et Maclain Way.

 

Construite comme une enquête, Wild Wild Country” aborde différentes thématiques comme le rejet de l’autre, la peur de l’étranger, la religion, la justice… Ponctués par de longs entretiens avec les principaux intéressés des deux camps, les épisodes retracent, sans parti-pris l’histoire de cette ville éphémère aux aspirations utopiques. Ici, il n’y a pas les gentils d’un côté et les méchants de l’autre, le manichéisme propre à la culture américaine est évité et cela amène une réflexion sociologique plus poussée.

 

 

La série documentaire Wild Wild Country” est sortie le 16 mars 2018 sur Netflix.