Villa Antropoff : châteaux gonflables & airs de rien

Le court-métrage de 2012 vient d’être mis en ligne gratuitement sur Vimeo par Kaspar Jancis, son co-créateur. Il a réalisé ce film sur l’opulence et l’éphémère avec Vladimir Leschiov.

 

Sur une plage qui rejette les déchets de l’abondance matérielle occidentale, un homme trouve une caisse de bois. N’ayant rien à perdre, il s’embarque alors dans un voyage sur cette barque improvisée pour tenter sa chance quelque part. Pour fuir sa réalité appauvrie, il saute dans l’inconnu. En parallèle de cette traversée improvisée, un homme d’affaires adepte de la poudre se marie à une femme dont le seul attribut semble mammaire. L’opulence est de mise dans ce rassemblement mondain où les grands crus coulent à flots et la nourriture foisonne. Tout se passe dans une ambiance festive jusqu’à ce que le marié se remplisse trop le nez et éclate comme un vulgaire ballon de baudruche. C’est la déconvenue, tous les invités s’en vont sauf le prêtre et la mariée. L’homme qui a entrepris le voyage arrive alors dans la salle de réception vide d’humain mais pleine de victuailles. Il ingère tout ce qu’il trouve avant de trouver la mariée nue dans la pièce. Il s’approche et elle finit aussi par éclater, tout comme l’ensemble du bâtiment.

 

 

Vladimir Leschiov et Kaspar Jancis signe avec “Villa Antropoff” une critique acerbe de notre société de surconsommation. En mettant en parallèle le sort d’un immigré et de nouveaux riches, le décalage est frappant. Ici pas de complaisance mais pas non plus de misérabilisme, les deux réalisateurs estonien et letton font montre des deux extrêmes. Finalement, les châteaux gonflables éclatent comme les grands rêves.