"Une fois que tu sais" : un documentaire alarmant pour ouvrir le festival Alimenterre

"Une fois que tu sais" : un documentaire alarmant pour ouvrir le Festival Alimenterre
"Une fois que tu sais" : un documentaire alarmant pour ouvrir le Festival Alimenterre - © Tous droits réservés

Le festival Alimenterre démarre ce mercredi 7 octobre au Kinograph avec un documentaire particulièrement saisissant sur la crise climatique.

Que faire lorsque la catastrophe paraît inévitable ? Comment continuer à vivre quand la situation semble être hors de tout contrôle ?

Depuis qu'il a pris conscience de l'impact qu'a et que va avoir la crise climatique sur nos vies, le documentariste français Emmanuel Cappellin ne cesse de se poser ce genre de questions, effaré de constater que malgré les avertissements lancés par la communauté scientifique depuis des décennies, le monde entier continue de se diriger vers la catastrophe. Comme il nous l'indique en voix-off, dans des phrases qui se veulent à la fois intimes et poétiques, cette situation le laisse incertain quant à la marche à suivre. Une fois que tu sais, que faire ?

Dans un premier temps, c'est de son expérience personnelle qu'il nous parle : ses inquiétudes, ses lectures ou ses tentatives écologiques comme le zéro déchet. Mais très vite, le documentaire sort de sa perspective unique. Armé de sa caméra, le cinéaste est allé interroger ceux qui tirent la sonnette d'alarme depuis longtemps. Leurs conclusions sont unanimes et ne plairont à personne. Non seulement le réchauffement climatique et la surpopulation prennent des proportions affolantes, mais il est trop tard pour enrayer complètement la machine. Les conséquences de nos modes de vie sont là, et la situation va inévitablement empirer.

Un constat d'échec ? Presque. La guerre est peut-être perdue, mais il reste des batailles à mener. C'est dans la solidarité que le film et son auteur trouvent leur force, nous enjoignant à résister ensemble face à l'effondrement, en imaginant d'autres manières de vivre, adaptées à la crise en cours.

Le festival Alimenterre

Avec un tel message, rien d'étonnant à ce que le film se soit retrouvé au festival Alimenterre. Désireux de “dénoncer les désordres agricoles et alimentaires dans le monde et proposer des alternatives”, le festival entame sa douzième édition avec une programmation de 10 documentaires engagés. Parmi les thèmes qui y seront abordés  : l'efficacité des systèmes alimentaires internationaux en temps de crise, la reconnexion au local, l'avenir du métier d'agriculteur, etc. Dans la sélection, on peut notamment souligner la présence du documentaire franco-belge “Nous la mangerons c'est la moindre des choses”, qui s'interroge sur l'éthique de l'élevage au travers du parcours d'une jeune bergère.

Le festival se déroulera du 7 au 11 octobre à Bruxelles puis en Wallonie (Arlon, Charleroi, Liège, Mons, Namur, Ottignies et Louvain-la-Neuve) du 13 au 29 octobre. Toute la programmation est disponible à cette adresse.