Un voyage aux confins de l'Univers sans quitter son fauteuil

Le documentaire réalisé par Russel Scott s'est choisi comme héros sur Terre les télescopes ultra puissants VLT (Very Large Telescope) et ALMA, qui se trouvent au Chili
Le documentaire réalisé par Russel Scott s'est choisi comme héros sur Terre les télescopes ultra puissants VLT (Very Large Telescope) et ALMA, qui se trouvent au Chili - © MARTIN BERNETTI - AFP

Un voyage dans l'espace pour le prix d'un billet de cinéma: sur l'écran géant de la Géode à Paris, un documentaire spectaculaire entraînera à partir de mercredi les spectateurs dans un ballet autour des planètes, des étoiles et des galaxies.

Intitulé "Hidden Universe. Regards vers l'infini", ce film inédit en France, produit par l'Australien Stephen Amezdroz, prend toute sa force dans cette salle dotée d'un écran hémisphérique.

Le documentaire réalisé par Russell Scott s'est choisi comme héros sur Terre les télescopes ultra puissants VLT (Very Large Telescope) et ALMA, qui se trouvent au Chili.

Ces installations sont installées en plein désert d'Atacama, une des zones les plus arides de la planète. Le ciel y est presque toujours dégagé et la région est si reculée qu'il n'y a quasiment pas de pollution lumineuse.

Implanté à 2.600 mètres d'altitude, le VLT (très grand télescope) de l'Observatoire européen austral (ESO) est doté de quatre télescopes optiques avec des miroirs de plus de 8 mètres de diamètre et de quatre télescopes auxiliaires, mobiles.

L'environnement est très hostile: températures extrêmes, soleil implacable, vents violents. Les astronomes qui travaillent sur cet équipement sont hébergés un peu plus bas, dans un hôtel "oasis" avec plantes exotiques, piscine et salle de sport. Il a servi de décor pour une scènes d'un des James Bond, "Quantum of Solace" (2008).

Situé deux fois plus haut, à 5.000 mètres d'altitude, ALMA comprend 66 antennes de 12 et 7 mètres de diamètre, observant dans les longueurs d'ondes millimétriques et submillimétriques.

Fruit d'un partenariat international, ce télescope de pointe, inauguré en 2013, est dédié à l'étude du rayonnement provenant des objets les plus froids de l'Univers.

Travailler dans ce désert n'a pas été simple, souligne le producteur Stephen Amezdroz dans le dossier de presse. C'était la première fois que le format géant IMAX, était utilisé. Au départ, les pellicules ne cessaient de se casser. Jusqu'à ce qu'un membre de l'équipe constate par hasard qu'un film endommagé laissé près d'un douche avait repris forme grâce à l'eau. Les pellicules ont alors été conservées dans des boîtes humidifiées pour lutter contre leur dessèchement.

Naissance d'une étoile

Après avoir fait la connaissance de deux astronomes qui travaillent à partir de ces équipements, le spectateur est invité à braquer son regard sur le ciel, comme les télescopes.

Au sein du système solaire, il rencontre Jupiter, la planète géante gazeuse, et ses 67 satellites. Il se promène sur Mars, objet de toutes les attentions actuellement.

Une nouvelle sonde américaine Maven vient de se placer en orbite autour de la planète rouge. Elle a été rejointe deux jours plus tard par la sonde indienne MOM (Mars Orbiter Mission). "L'Inde fait désormais partie du club", souligne l'astrophysicien Francis Rocard, invité à la soirée de lancement du film en France.

"On recherche des molécules organiques sur Mars mais pour l'instant, on ne trouve pas grand-chose", explique à l'AFP M. Rocard, spécialiste du système solaire au CNES (Centre national des études spatiales). "On attend beaucoup" de l'ascension du Mont Sharp par le robot américain Curiosity. "On espère en savoir plus sur l'origine des argiles" qui s'y trouvent, qui livreront peut-être des preuves de vie ancienne.

Le documentaire montre aussi des vues saisissantes du Soleil.

Le spectateur assiste à la naissance d'étoiles et à la collision de deux galaxies.

"Nous cherchons à comprendre comment les galaxies se sont structurées entre elles", souligne l'astronome Jean-Gabriel Cuby. "Ce sont ces structures qui nous renseignent sur l'énergie noire, qui reste un grand mystère", déclare M. Cuby, directeur du Laboratoire d'Astrophysique de Marseille (LAM), invité lui aussi au lancement du film.

 

AFP Relax News

Et aussi