Tout ce que je fais, je le fais pour toi Robin des Bois

Le film "Robin des Bois, le prince des voleurs" est sorti il y a 30 ans déjà et sa chanson titre "(Everything I do) I do it for you" de Bryan Adams a marqué nos plus belles boums.

Regarde dans mes yeux, tu verras ce que tu représentes pour moi. Cherche dans ton cœur. Cherche dans ton âme. Et quand tu m’y trouveras, tu ne chercheras plus…

C’est le plan langue de cet article, de cet hommage à cette chanson qui nous fait danser (le slow surtout) depuis 3 décennies. Une chanson entendue au générique de ce film et de ce personnage indémodable, "Robin des Bois, le prince des voleurs". Quelques notes de piano en ouverture, une guitare langoureuse et ces paroles romantiques dégoulinantes de guimauve ne collent pas réellement à l’image que l’on se fait de Robin des Bois tirant à l’arc à flèche dans la forêt de Sherwood et pourtant, l’un ne va pas (plus) sans l’autre. Mais résumer ce classique du film d’action des années 90 rien qu’à son générique chanté serait un peu court.

Le film de Kevin Reynolds sorti en salles aux Etats-Unis le 14 juin 1991 est emmené par Kevin Costner. Les deux Kevin s’étaient croisés sur le tournage de "Danse avec loups" (le premier a participé à la réalisation de certaines scènes du film du second). Dans cette nouvelle version des aventures de ces Hommes des bois en collants verts en Lycra qui gratte, on oublie justement lesdits collants pour davantage de réalisme. Nous sommes après la Troisième Croisade, vers la fin du 12e siècle. Le roi Richard Coeur de Lion est retenu prisonnier en Autriche. L’Angleterre est alors dirigée par très corrompu shérif Georges de Nottingham. Prisonnier lui aussi mais dans une geôle perdue quelque part au milieu de la Terre sainte, Robin de Locksley s’évade entraînant avec lui dans sa fuite un Maure nommé Azeem (Morgan Freeman). Ces deux-là rentrent au pays et Robin apprend que son père a été tué par les hommes du shérif. Dans sa vengeance, il pourra compter sur Azeem mais aussi sur sa cousine la douce Marianne. Sans oublier ses Joyeux compagnons, soit de gentils brigands aux cœurs tendres qui volent les riches pour tout redistribuer aux pauvres, dirigés par Petit Jean…

Ce film est entièrement dédié à la gloire naissante de l’acteur Kevin Costner. Fin des années 80, on l’a vu et adoré dans "Silverado", "Les Incorruptibles" et "Jusqu’au bout du rêve". Au début des années 90, il cartonne au Box-Office avec "Danse avec les loups" qu’il réalise. Plus bankable que ça, tu meurs ("JFK", "Bodyguard" et "Un monde parfait" arriveront quelques mois plus tard, faisant de lui le Numéro Un d’Hollywood). Il lui faut donc une nouvelle histoire à sa hauteur de star et surtout un héros intemporel, un vrai, à incarner. Ce projet d’incarner Robin des Bois tombe juste à point. Mais Kevin, il veut tout contrôler. Et rien ne sera simple, entre un réalisateur avec lequel il se frite pendant le tournage et un Alan Rickman (parfait en shérif de Nottingham) qui improvise la plupart de ses répliques. D’ailleurs, Costner profite de sa position de coproducteur du film pour écarter Reynolds du montage et s’assurer que Rickman ne lui vole pas la vedette. De petites chamailleries d’ego mal placées qui ne vont pas empêcher le film de connaître un succès public (alors que la critique, elle, est partagée).

2 images
Kevin Costner et Morgan Freeman en pleine forêt de Sherwood © Warner Bros

Mais ce succès, est-ce qu’on le doit à l’histoire ou à sa chanson, enfin celle de Bryan Adams ? Une chanson qui sera numéro un dans quasi tous les Charts de la planète. En Angleterre, "(Everything I do) I do it for you" se retrouve en tête du classement UK Singles Chart entre le 7 juillet et le 27 octobre 1991, soit plus de 16 semaines, un record. Aux Etats-Unis, cette ballade sentimentale truste le haut du Billboard Hot 100 pendant 7 semaines. Au Canada (le pays natal de Bryan), la chanson tutoie le top pendant 9 semaines. En Australie, il y reste 11 semaines. En Suède, 12 semaines. En fait, il est plus simple et plus court de citer les pays dans lesquels ce tube n’a pas été numéro un comme l’Allemagne (n°2), l’Autriche (n°2) et la Suisse (n°3).

Chose amusante, le film plaît alors qu’il contient peu (voire pas du tout) de surprises. Tout le monde connaît l’histoire de Robin des Bois (car – presque – tout le monde a lu le roman du français Alexandre Dumas, publié en 1872, "Le prince des voleurs"). Un héros qui a rapidement intéressé le 7e Art. Le premier film relatant ses aventures, tout simplement intitulé "Robin des Bois et ses Joyeux Compagnons" de l’anglais Percy Stow est sorti en 1908. Ensuite, il y a eu une version américaine puis une française dans les années 1910.

Le personnage est réellement devenu culte avec les prestations respectives de Douglas Fairbanks et d'Errol Flynn en 1922 et 1938. En 1973, les Studios Dinsey nous ont également proposé leur version animalière et délicieuse. Que dire encore de "La Rose et la Flèche" avec un Robin vieillissant joué par Sean Connery (en 1976), le drôlissime "Sacré Robin des Bois" de Mel Brooks (réponse directe et parodique suite au succès du film avec Costner), le très sérieux "Robin des Bois" de Ridley Scott, le franchouillard "Robin des bois, la véritable histoire" d'Anthony Marciano (2015) et sa dernière version sortie en 2018 "Robin des Bois" avec Taron Egerton et Jamie Foxx !? Faites le compte, depuis plus d'un siècle, chaque génération a sa vision, sa version et son Robin des Bois préféré (bon ok, il y a encore Jean Dujardin déguisé en Robin des Bois dans "OSS 117"). Reste à trouver le vôtre et à reprendre de plus belle le reste des paroles du hit de Bryan...

Tu sais que c'est vrai... Tout ce que je fais, je le fais pour toi !