"The Tribe", plongée brutale en langue des signes dans un internat ukrainien

"The Tribe"
"The Tribe" - © ©All Right Reserved/UFO Distribution

En langue des signes et sans sous-titres, le film "The Tribe" plonge plus de deux heures durant le spectateur dans le quotidien impitoyable d'un internat ukrainien pour sourds-muets, entre violence crapuleuse et scènes de sexe crues.

Grand prix de la semaine de la critique au dernier Festival de Cannes, le premier long métrage du réalisateur ukrainien Myroslav Slaboshpytskyiy est un film singulier mettant en scène une communauté peu présente au cinéma.

"L'objectif était de faire un film muet contemporain et réaliste, qu'on comprendrait facilement sans qu'il soit fait usage de mots", explique le réalisateur, déjà auteur en 2010 d'un court métrage ("Deafness") sur les sourds-muets.

Dans "The Tribe", Sergueï, adolescent sourd-muet, intègre un institut spécialisé où une bande de caïds dicte sa loi, des salles de cours aux dortoirs.

"Certains voient dans le film une métaphore du système social ukrainien", explique le réalisateur, qui précise que "le film repose beaucoup sur (s)es souvenirs d'école mais aussi sur ce que (lui) ont raconté des sourds-muets".

A son arrivée dans l'internat, Sergueï est tabassé et racketté. Il encaisse les coups et s'impose dans "la tribu" jusqu'à séduire Anna, une pensionnaire qui se prostitue pour pouvoir émigrer en Italie.

Non situé (l'intrigue se déroule quelque part en Ukraine) et presque hors du temps, le film est une succession de longs plans-séquences.

Le réalisateur multiplie les va-et-vient entre l'internat, sombre et sinistre, et un parking de poids lourds, où Anna et une autre pensionnaire vendent leur corps à la nuit tombée.

Quasiment absents du film, les adultes sont tous complices du jeu de massacre qu'orchestre la bande d'adolescents.

Sanglots et gémissements

Tout se passe derrière des murs ou la nuit. Les tractations entre les pensionnaires sont incessantes: on se fie aux expressions des visages et des corps pour mieux comprendre ce qui se joue.

Face au silence et à l'absence de musique, les bruits des pas, des portes qui grincent et claquent sont exacerbés. Seuls quelques cris de douleur et de brève extase ponctuent les 2h12 de film.

La tension croît dans la dernière demi-heure: Anna subit un avortement clandestin. Quatre longues minutes de sanglots et de gémissements, face à la froideur des instruments de métal maniés par une "faiseuse d'anges" impassible.

"La scène a nécessité une journée entière de prises", explique l'actrice Yana Novikova, qui incarne Anna. "Le tournage, parfois en petite tenue en plein hiver, a été très éprouvant", souligne-t-elle.

Joué par des acteurs tous sourds et muets et non professionnels, "The Tribe" réussit le pari de captiver du début à la fin.

 

AFP Relax News