"The Trader" : il faut troquer les patates

Récompensé au Sundance, la fête du cinéma indépendant, ce court documentaire est un petit bout de réel rural géorgien. Il est disponible sur Netflix.

 

Dans la campagne géorgienne la vie est bien différente qu’en ville. Les paysans se consacrent presque exclusivement à la terre et le temps libre est rare. Ils n’ont évidemment pas le temps d’aller en ville pour acheter quoi que ce soit et font avec ce qu’ils ont la plupart du temps. Mais ce n’est pas parce que les paysans sont pauvres et loin de l’agitation urbaine qu’ils ne rêvent pas d’acheter des bottes, une écharpe, une râpe à légumes ou des babioles. Gela, un marchand itinérant l’a bien compris. Le quarantenaire en a fait son commerce, il se rend dans les magasins de la capitale, Tbilissi, et choisit un panel de vêtements, des chaussures, des ustensiles, des cahiers… tout ce qui pourrait plaire à sa future clientèle ou lui donner envie. Son van rempli, il fait ensuite le tour des cambrousses pour revendre ses trésors. Là, les achats se font pour la plupart en pommes de terre, un troc commun dans la région. 25 kilogrammes du tubercule valent une paire de bottes pour femmes, 2 kilogrammes pour un carnet, Gela se fait des marges confortables et se montre intransigeant en négociation, c’est peut-être la raison pour laquelle on l’appelle le trader”.

 

Avec son film The Trader” ou Sovdagari”, la réalisatrice géorgienne Tamta Gabrichidze a brigué plusieurs prix, celui du jury pour le meilleur court métrage hors fiction au Sundance et celui du meilleur court métrage documentaire au Hot Docs Canadian International Documentary Festival. En seulement 25 minutes, la réalisatrice nous plonge au coeur de la campagne géorgienne, pleine d’aspérités, de mains terreuses qui échangent l’or local, la pomme de terre. Ici, aucun misérabilisme, même si les conditions de vie semblent précaires, le regard de la caméra est neutre et les paysages magnifiés. Seule figure qui détonne : Gela, le marchand, dur en affaires et surfant sur l’envie de ces campagnards. Il attire les enfants avec des bulles de savon pour qu’ils ramènent leurs parents, il n’a aucun remords à refuser une négociation avec une vieille femme esseulée… Cela donne un documentaire plein de contrastes mais ancré dans la réalité, une fenêtre ouverte sur une partie du monde peu médiatisée.

 

“The Trader” de Tamta Gabrichidze est disponible sur Netflix depuis février 2018.