"The Three" : quand l'espoir ne tarit pas

“The Three” : quand l’espoir ne tarit pas
“The Three” : quand l’espoir ne tarit pas - © Tous droits réservés

Le court métrage d’animation met en scène la persévérance et l’espoir maintenu en vie, face à l’absence et la perte.

 

Dans un environnement aride et sableux, désertique et presque sans vie, une silhouette se dessine au loin. C’est un vieil homme habillé d’une toge brune qui avance péniblement dans ce décor navrant. Il gravit une colline jusqu’à un puits, duquel il parvient à tirer tant bien que mal quelques gouttes d’eau. Ce labeur de plusieurs heures, il le garde bien précieusement dans une gourde qu’il ramène jusqu’à un arbre qui semble mort. Chaque jour, le vieillard répète l’opération, inlassablement. Il donne presque toute l’eau à cette branche desséchée et garde une once d’eau pour lui. Peu à peu, son passé se dévoile et cette drôle d’habitude s’explique par un épisode tragique.

 

Ce court métrage particulièrement tragique a été réalisé par deux étudiants de l’école de l’image des Gobelins à Paris. Il allie une esthétique très scandinave aux couleurs de la désolation et du désert et une histoire douloureuse, simple et belle à la fois. Ce film est une ode à l’abnégation et la persévérance, à l’espoir qui ne tarit pas, contrairement à la source.

 

 

Le court métrage “The Three” (2018) de Han Yang et Basil Malek est à voir sur la chaîne YouTube des Gobelins.