"The Internet's own boy" : vie et mort d'un enfant du web

“The Internet’s own boy” : vie et mort d’un enfant du web
“The Internet’s own boy” : vie et mort d’un enfant du web - © Tous droits réservés

Le documentaire américain retrace le parcours d’Aaron Swartz, un militant qui s’est toujours battu pour la transparence du web et la libération des données des institutions. Il sera projeté le 3 mai au Théâtre National Wallonie-Bruxelles.

 

L’histoire d’Aaron Swartz est celle d’un combat pour un Internet démocratique et libre. L’hacktiviste et militant était un petit génie informatique, développeur de talent, il a créé le format RSS alors qu’il n’avait que 14 ans, il a aussi participé à la création de la plateforme Reddit. Approché par les pontes du web, Swartz a refusé plusieurs offres, préférant se consacrer à la construction d’un web plus accessible. Le film retrace la vie incroyable de ce militant invétéré à travers les témoignages de ses proches, sa mère, ses frères et sa copine. Aaron a toujours prôné la transparence des données sur Internet et c’est sûrement la raison de sa mort, le jeune homme s’est suicidé à l’âge de 26 ans, probablement à cause d’une pression trop forte exercée sur lui. Le film réalisé par Brian Knappenberger a été présenté au Festival de Sundance en 2014. Il a fait découvrir à beaucoup de monde les zones d’ombre d’une affaire opposant la justice américaine, le secret des données et la vie d’un jeune développeur militant.

 

L’histoire d’Aaron Swartz résonne particulièrement aujourd’hui, à l’heure du débat sur la protection des données. Le cybermilitant adepte de la désobéissance civile a utilisé des ordinateurs du MIT pour accéder à des informations concernant la recherche financée par les impôts et a diffusé ces données. Aaron Swartz a ensuite été menacé de poursuites judiciaires, croulant sous des dizaines de chefs d’accusation, il s’est noyé. A l’image d’autres “leakers” comme Edward Snowden ou Chelsea Manning, Swartz a été peint par les médias américains comme un pirate alors qu’il oeuvrait pour le bien de tous en libérant l’information. Ce film documentaire retrace cette histoire peu connue du grand public, nécessaire pour comprendre la philosophie du libre accès et pourquoi il est nécessaire de se battre pour plus de transparence concernant les institutions.

Informations pratiques

Projection de “The Internet’s own boy. The story of Aaron Swartz” 

Au Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Le 3 mai à 19h

Réservation à public@theatrenational.be

Plus d’informations sur l’évènement Facebook