"The House of Small Cubes" : une vie au fil de l'eau

“The House of Small Cubes” : une vie au fil de l'eau
“The House of Small Cubes” : une vie au fil de l'eau - © Tous droits réservés

En 12 minutes, ce court métrage d’un lyrisme mélancolique retrace la vie d’un vieil homme et évoque aussi l’avenir de la planète. Il est à voir sur Netflix.

 

Un vieil homme seul habite dans une petite maison entourée par l’océan. Alors que le niveau de l’eau monte dangereusement, il est contraint de construire un étage pour sauver sa demeure. Brique après brique, il monte un petit édifice abrité, mais durant les travaux, sa pipe tombe dans l’eau. Il ne peut se contraindre à abandonner le vieille objet et décide de louer du matériel de plongée pour la récupérer. Le vieil homme va alors descendre tous les étages de sa maison inondée, chacun d’eux représentant une partie de son existence. Le dernier étage sous les eaux lui rappelle quand il a soigné sa femme malade, celui plus bas la rencontre avec ses petits enfants et ainsi de suite. Il va jusqu’à atteindre le sol qui était à l’époque une clairière, où il a grandit avec sa jeune voisine qui deviendra sa femme. Empli de nostalgie et de mélancolie, ce court métrage japonais s’appuie sur une jolie métaphore pour évoquer tous les âges de la vie d’un homme. Cette plongée abyssale jusqu’à sa jeunesse lui signifie aussi qu’il est prêt à partir. 

 

Réalisé par Kunio Kata, The House of Small Cubes (Tsumiki no ie) est à la fois un conte sur le vieillissement mais aussi sur le réchauffement climatique. En effet, la clairière de jadis a été totalement ensevelie et le niveau d’eau ne fait que monter, dans le même temps que la planète se réchauffe, les glaciers fondent et les océans rongent les terres. Sorti en 2008, le court métrage a été quelque peu prémonitoire du tsunami de 2011, dit-on. The House of Small Cubes a obtenu plusieurs prix à travers le monde dont l’Oscar du Meilleur Court d’Animation, le Prix Cristal au Festival d’Annecy et deux prix au Festival International d’Animation d’Hiroshima, gages de sa qualité.

 

 

Regardez le court métrage “The House of Small Cubes” (2008) de Kunio Kata sur Netflix.