Terminator 2 et ses 30 ans de révolution

Sorti en salles pour la première fois aux Etats-Unis le 3 juillet 1991, "Terminator 2" avait révolutionné le 7e Art. Quant à Arnold Schwarzenegger, avec ce film, il devenait l’acteur le mieux payé d’Hollywood avec le moins de mots à prononcer au scénario.

Je reviendrai !

Une chose est certaine avec le T-800, c’est qu’il tient ses promesses. Il est revenu (pas qu’une fois notez bien mais 5) et quel retour ! ? Mais reprenons tout depuis le début. Le T-800 est un organisme cybernétique, un cyborg androïde, bref un robot à l’apparence humaine dont le squelette de métal est recouvert de tissus biologiques humains comme la peau et les muscles. C’est surtout une redoutable machine de guerre dont la mission principale est l’extermination de l’Humanité. Dans le premier épisode de la saga "Terminator", le T-800 a pour mission d’exécuter Sarah Connor qui donnera naissance plus tard à John Connor, le chef de la résistance qui anéantira les T-800 et autres machines régnant en maîtres sur notre planète. Ah oui, j’oubliai, ces robots voyagent dans le temps. Et tout commence en 1984. Cette année-là, notre Terminator n’arrive pas à mener à bien sa mission (désolé pour le spoil mais je crois que c’est de notoriété publique). D’où sa promesse un peu folle, "Je reviendrai !" ou en VO "I’ll be back !"

Ledit retour est donc programmé le 3 juillet 1991, il y a 30 ans jour pour jour, en salles aux Etats-Unis d’abord, dans le reste du monde ensuite. Après le succès de "Terminator", son réalisateur et créateur, James Cameron (qui truste à lui seul quasi tous les records du Box-Office de l’Histoire du Cinéma, et bien d’autres encore, avec des films comme "Titanic" et "Avatar"), voulait un retour fracassant, grandiose et spectaculaire. Un retour avec un film aux effets spéciaux hallucinants et jamais vus auparavant. Un retour et surtout une révolution car "Terminator 2" va véritablement changer la manière de produire un film à Hollywood !

La première révolution est à pointer du côté de l’histoire racontée. Dans cette suite, le méchant devient le gentil. Le T-800 ne doit plus assassiner Sarah Connor mais bien protéger son fils John d’un autre cyborg androïde, le T-1000, encore plus fort, plus puissant, plus évolué et dont le poly alliage mimétique lui permet de prendre la forme qu’il désire. Notez que c’est là que la révolution s’opère réellement.

4 images
Le T-1000 est un robot en métal liquide et polymorphe © Carolco Pictures

Pour ses effets spéciaux, James Cameron fait appel à 3 sociétés différentes dont Industrial Light and Magic (ILM pour les intimes) de George Lucas. ILM et Cameron développent un nouveau genre d’image, les fameuses CGI pour "computer generated imagery" ou en français dans le texte "des images générées par ordinateur". Vous allez me dire que des images de synthèse il y en existait déjà au Cinéma ! ? Oui et non ! Les premiers essais datent de 1976 avec "Les rescapés du futur", un excellent film qui n’est autre que la suite de "Mondwest" avec Yul Brynner en cow-boy cyborg androïde qui pète un plomb et qui tue tous les humains qu’il croise. Ça ne vous rappelle rien ? Bingo, Arnold Schwarzenegger, notre T-800 préféré, va se servir de ce film comme modèle pour son interprétation. Bref… En 1982, il y a encore le cultissime "Tron" qui propose des images entièrement réalisées par ordinateur. Et puis c’est tout… ou presque. Un certain John Lasseter, un technicien hors pair, va quitter ILM pour fonder sa propre société et réaliser des films animés par ordinateur. Cette société c’est Pixar et nous sommes au milieu des années 80 (mais ceci est une autre histoire). Revenons à "T2", comme on l’a surnommé, et à ses révolutions numériques. Cameron va aller encore plus loin en matière d’images de synthèse. Il est là le talent du réalisateur. James Cameron, c’est un visionnaire. Pour rendre ses films incroyables, il invente de nouvelles techniques, il repousse les limites du possible toujours plus loin. Pour "T2" donc et pour rendre son T-1000 encore plus crédible et vivant quand il se transforme, Cameron va améliorer la technique du morphing (effet numérique imaginé en 1982 et vu au Cinéma dans "Willow" de Ron Howard par exemple en 1986). Le résultat est étonnant.

Juste comme ça encore, pour d’autres effets spéciaux des plus réussis, James Cameron va faire appel à… son bon sens. Quand le T-1000 se transforme en Sarah Connor et qu’il… ou plutôt elle fait face à Sarah Connor (incarnée par Linda Hamilton), au lieu de tout dupliquer par ordinateur, Cameron demande à Leslie Hamilton, la sœur jumelle de Linda, d’incarner le robot tueur. Il fera la même chose avec les jumeaux Dan et Don Stanton, quand le T-1000 se transforme en gardien d’hôpital psychiatrique et qu’il se fait face à lui-même.

4 images
Linda et Leslie Hamilton, des sœurs jumelles pour un même rôle © Carolco Pictures

Allez, une dernière révolution pour la route. Pour reprendre son rôle, Schwarzy a été payé 15 millions de dollars (alors que Linda Hamilton ne perçut qu’un million seulement). Dans le scénario de "T2", le T-800 ne prononce que 700 mots. Faites le compte, Monsieur Muscle a donc été payé 21.429 dollars par mot. Petit exemple, quand il dit (et c’est son autre punchline culte dans la saga après le fameux "I’ll back") "Hasta la vista, baby", cette réplique vaut à elle seule… 85.716 dollars ! En un film, Arnold est tout simplement devenu l’acteur le mieux rémunéré avec un minimum de texte. C’est encore et toujours ça la magie d’Hollywood.

4 images
Le T-800, un cyborg androïde, un robot à l’apparence humaine dont le squelette de métal est recouvert de tissus biologiques humains… sauf ici © Carolco Pictures

En attendant, avec toutes ces révolutions, le film "Terminator 2" va littéralement cartonner. Et notre cyborg reviendra, comme promis, dans un 3e épisode (la scène du camion-grue est folle) puis un 4e (intéressant mais sans plus) puis un 5e (sorte de remake-compile de tous les épisodes) puis un 6e qui n’en est pas vraiment un car il marque le retour de Sarah Connor qu’on croyait morte dans le 3. Vous suivez ? En fait, ce "Terminator – Dark Fate" doit être vu comme un nouveau numéro 3. Dans la foulée, depuis quelques mois déjà, il se raconte que James Cameron serait prêt à réaliser un 7e épisode et celui-ci devrait se dérouler pendant la guerre dans le futur comme le 4e opus. Vous suivez toujours ? Mais qu’importe, lui, le T-800, il nous l’avait promis depuis le début… son retour vers le futur !