"Straight Outta Compton", l'histoire de N.W.A., carton surprise de l'été aux USA

Le rappeur O'Shea Jackson Jr. incarne son père O'Shea Jackson, connu sous le nom d'Ice Cube
Le rappeur O'Shea Jackson Jr. incarne son père O'Shea Jackson, connu sous le nom d'Ice Cube - © LEON NEAL - AFP

"Straight Outta Compton", qui relate l'épopée du groupe de rap N.W.A. et ses stars Ice Cube et Dr. Dre, a créé la surprise avec un énorme succès aux Etats-Unis, non sans quelques controverses.

"N.W.A: Straight Outta Compton" ("Tout droit sorti de Compton", petite ville jouxtant Los Angeles) cherche à raconter un groupe qui a non seulement popularisé le gangsta rap mais aussi lancé les carrières de Cube et Dre.

Ce carton estival surprise, sans aucun acteur vedette à l'affiche, a accumulé 150 millions de dollars dans les salles américaines en quatre semaines, plus qu'aucun autre film biographique musical en Amérique du Nord.

En 1988, N.W.A, avait choqué l'Amérique blanche avec son premier album "Straight Outta Compton", expression sans concession de la vie dans les cités.

Le single le plus controversé, "Fuck Tha Police", dénonçait la brutalité de la police de Los Angeles. Il avait tellement inquiété les autorités que le FBI avait envoyé une lettre d'avertissement à la maison de disques Priority Record.

Et après la mort de plusieurs Noirs américains aux mains de la police ces derniers mois, la chanson semble étrangement contemporaine.

"C'est à travers notre musique que les gens ont commencé à réaliser le problème des jeunes Noirs et de la police", affirme Ice Cube, 46 ans, devenu depuis rappeur solo et acteur à succès, qui a coproduit le film.

Selon lui, les abus policiers sont toujours aussi importants mais attirent plus l'attention à cause des réseaux sociaux et des appareils photo de plus en plus répandus.

Le rappeur, qui dans "Fuck Tha Police" avertissait qu'il allait en découdre avec "n'importe quel enfoiré en uniforme bleu", voit N.W.A dans la tradition des manifestations non-violentes, utilisant le langage, même excessif, plutôt que les armes.

"Notre impact, c'est de montrer aux gens qu'ils ont une voix. Vous n'avez pas à juste rester assis et laisser les choses se passer."

Réalisé par Gary Gray, surtout connu pour ses vidéos musicales, filmé avec la coopération des membres survivants de N.W.A, "Straight Outta Compton" essaie aussi de réhabiliter Eazy-E, son cofondateur, qui s'était fâché ensuite pour des raisons financières avec plusieurs membres du groupe.

Violence masquée

Une grande partie du film est consacrée à leur réconciliation, avant la mort en 1995 d'Eazy-E, malade du sida.

Le film aborde peu en revanche les aspects plus sombres du groupe, et notamment la violence de leur entourage quand les anciens complices sont devenus rivaux.

Elle est pour la plupart associée dans le film à Suge Knight, co-fondateur avec Dr. Dre du label Death Records, qui a produit des géants du rap comme Tupac Shakur et Snoop Dogg.

Knight a eu depuis 20 ans de multiples démêlés avec la justice. En janvier dernier, il a été accusé de meurtre, pour avoir renversé en voiture deux hommes avec lesquels il s'était disputé sur le tournage de "Straight Outta Compton". L'un d'eux est mort, l'autre a été grièvement blessé.

Le film ne cache pas l'appétit sexuel des membres de N.W.A, mais passe sous silence les accusations de violence contre les femmes portées contre Dr. Dre.

Face à la controverse, Dre, aujourd'hui à la tête d'une fortune de plus de 700 millions de dollars notamment grâce à ses casques Beats vendus à Apple, a publié une tribune dans le New York Times pour s'excuser.

"Je présente mes excuses aux femmes à qui j'ai fait du mal. Je regrette profondément ce que j'ai fait", a notamment écrit le musicien producteur et homme d'affaires, qui a lui aussi coproduit le film et qui vient de sortir un album pour l'accompagner, "Compton: A Soundtrack by Dr. Dre", son premier depuis 16 ans, qui rend hommage à la ville où tout a commencé.

Le rôle d'Ice Cube est joué par son fils, O'Shea Jackson Jr. Il n'aurait laissé personne d'autre incarner le personnage. "Personne ne le connaît comme moi", a-t-il expliqué à l'AFP.