Steve Buscemi et Daniel Radcliffe réunis au Paradis pour la télévision

Daniel Radcliffe
2 images
Daniel Radcliffe - © Jamie McCarthy - AFP

Les deux acteurs se donneront la réplique dans "Miracle Workers", une comédie diffusée en 2018 à la télévision américaine, qui évoquera Dieu, les anges et le Paradis avec un humour totalement décalé.

Et si le Paradis devenait un véritable enfer? C'est ce qui arrive à Craig, un ange sous-payé chargé de recueillir toutes les prières réalisées par les humains. Alors que son travail lui tient à coeur, il est perturbé par Dieu, qui gère cet endroit comme une entreprise. Lorsque ce dernier évoque la destruction de la Terre, l'ange doit alors accomplir son plus grand miracle pour l'en empêcher.

Cette série en sept épisodes sera incarnée par Steve Buscemi dans le rôle de Dieu et Daniel Radcliffe dans celui de Craig. Lors de l'annonce du projet en mai dernier, c'est Owen Wilson qui avait été choisi pour accompagner l'ancien interprète de Harry Potter. Son départ n'a pas été expliqué.

"Miracle Workers" s'inspirera du roman "What in God's Name" de Simon Rich, scénariste et humoriste connu aux Etats-Unis pour son travail sur l'émission culte "Saturday Night Live". Le trentenaire à la mode s'occupera lui-même de cette adaptation, comme il l'a fait précédemment avec son ouvrage "The Last Girlfriend on Earth", devenu au petit écran la série "Man Seeking Woman", diffusée de 2015 à mars dernier sur FXX. Son nouveau projet atterrira en 2018 sur TBS, chaîne câblée qui diffuse la comédie d'animation "American Dad" aux Etats-Unis.

La série permettra à Steve Buscemi de retrouver un premier rôle à la télévision après "Boardwalk Empire" de Martin Scorsese. L'acteur est par ailleurs à l'affiche de "Philip K. Dick's Electric Dreams", anthologie prévue en 2018 sur la plate-forme d'Amazon.

Très rare au petit écran, Daniel Radcliffe est quant à lui attendu au cinéma dans des rôles très différents de "Harry Potter". Le Britannique jouera un activiste sud-africain emprisonné à la fin des années 70 pour ses positions anti-apartheid dans "Escape from Pretoria" ainsi qu'un trafiquant de drogue dans "Beast of Burden".