Sigourney Weaver combat les envahisseurs dans "Rakka"

Sigourney Weaver combat les envahisseurs dans "Rakka"
Sigourney Weaver combat les envahisseurs dans "Rakka" - © Rakka

Après la déconvenue d'Alien 5, Neill Blomkamp a réalisé un court-métrage de science-fiction avec Sigourney Weaver et le diffuse sur YouTube.

 

Dans un monde post-apocalyptique, l'humanité n'est plus. Les hommes et les femmes ont été capturés par des "vermines" venus asservir la race humaine. Ce sont des xénomorphes, sortes d'aliens venus d'une autre planète, ils ont l'apparence inquiétante d'un gros reptile. Ils ont investi la terre et se sont appropriés notre culture, ils ont installé leur atmosphère, leur flore et parasitent la nature terrestre. Dans cet environnement hostile, certains humains ont réussi à construire un dispositif qui les rend insensibles à l'influence des envahisseurs, ce sont les survivants. Ils résistent tant bien que mal à ces êtres néfastes et tentent de récupérer la planète terre. Parmi eux, la narratrice incarnée par la merveilleuse Sigourney Weaver. Ce court-métrage de vingt minutes réalisé par Neill Blomkamp (District 9), est disponible gratuitement sur YouTube pour le plus grand plaisir des adeptes de science-fiction. 

 

Neill Blomkamp, grand réalisateur sud-africain, était celui qui devait réaliser le prochain Alien, le numéro 5. Finalement, de passage à Paris pour la promotion de Covenant, Ridley Scott a annoncé que le cinquième opus ne sortirait pas, un petit drame dans le monde de la SF. Mais Neill Blomkamp ne s'est pas laissé abattre et a créé son propre studio : Oats Studios, dans lequel il compte expérimenter notamment du côté court-métrage. C'est dans ce contexte que le réalisateur sud-africain a donné naissance à Rakka. Ce beau projet est donc un film d'anticipation d'une vingtaine de minutes qui met en scène celle qui devait être son héroïne dans Alien 5, Sigourney Weaver. Le court-métrage pourrait bien avoir une autre signification à résonance actuelle. Rakka (ou Raqqa) étant une ville syrienne aux mains de l'organisation terroriste Daesh et en proie à de violents affrontements, l'envahisseur pourrait avoir forme humaine.


Le court-métrage est à visionner ci-dessous (il est possible de mettre des sous-titres français).