"Sculptrices, ni muses ni modèles" : les mains créatrices

“Sculptrices, ni muses ni modèles” : les mains créatrices
“Sculptrices, ni muses ni modèles” : les mains créatrices - © Tous droits réservés

Emilie Valentin propose une réécriture de l’histoire de la sculpture sous un angle féminin éclipsé. Le documentaire est à voir sur Arte.

 

De tout temps et dans tous les domaines artistiques, les femmes ont été assignées à des rôles passifs, ceux de muses ou de modèles. Grandes inspiratrices certes, mais réduites à leurs corps et sexualisées, comme si elles n’étaient pas les égales intellectuelles des hommes. Le Mythe de Pygmalion pose d’ailleurs les bases de cette répartition des rôles puisque l’artistes, Pygmalion tombe amoureux d’une statue aux courbes féminines, qu’il a sculptée et qui prend vie. Cette muse qui doit tout à son créateur est là pour exaucer tous ses désirs. Ce mythe fondateur dans l’Histoire de l’Art a traversé les époques et aujourd’hui encore, il existe davantage de muses que de femmes artistes… Dans le domaine de la sculpture, elles sont encore plus rares qu’en peinture. Le documentaire d’Emilie Valentin braque le projecteurs sur les artistes actives qui ont tenté à leur manière, de changer les idées reçues. De Niki de Saint-Phalle en passant par Germaine Richier, Camille Claudel ou Jane Poupelet, elles prouvent que la création n’est pas réservée aux hommes et qu’il s’agit d’une construction mentale. “Sculptrices, ni muses ni modèles” est un film engagé qui rend justice à celles qui ont choisi la voix de la révolte en s’affirmant dans leur art. 

 

 

Regarder “Sculptrices, ni muses mi modèles” (2017) d’Emilie Valentin sur Arte.