"Sami Blood" : le rejet du rejeton

“Sami Blood” : le rejet du rejeton
2 images
“Sami Blood” : le rejet du rejeton - © Tous droits réservés

Sorti il y a un mois sur les écrans belges, “Sami Blood” est le récit d’une jeune Sami qui cherche à s’émanciper de son peuple pour fuir la différence.

 

Les Samis sont éleveurs de rennes depuis plus de 500 ans sur leurs terres ancestrales de Laponie. Ces territoires se situent à cheval entre plusieurs pays : la Suède, la Finlande, la Norvège et la Russie. On compte entre 85.000 et 135.000 Samis, ce qui en fait l’un des plus grands groupes indigènes européens. Ils possèdent leurs propres coutumes, folklore et langue, les Samis sont proches de la nature et respectueux de la terre. Comme beaucoup de minorités, le peuple Sami a subi et subit encore l’oppression et le racisme. La Suède leur a par exemple retiré de nombreux hectares de leurs terres pour les vendre à des entrepreneurs, a donné des permis de chasse et de pêche en Laponie mais pas seulement. Les enfants Samis ont été contraints à parler le suédois à l’école et ont été considérés comme moins évolués et moins intelligents que les petits suédois. Dans les années 1930, des anthropologues ont mené des recherches sur les Samis pour déterminer des différences ethniques, une humiliation proche de l’eugénisme.

 

Le film suédois Sami Blood raconte l’oppression de ce peuple à travers le destin d’une jeune Sami, Elle Marja. La jeune fille est en quête d’ailleurs, alors que sa petite soeur ne supporte pas d'aller à l’école, Elle Marja est la meilleure de sa classe et admire l’institutrice suédoise. Elle parle le suédois bien mieux que les autres élèves Samis. Malgré les humiliations - elle sera examinée sous toutes les coutures par des anthropologues parce qu’elle est Sami, sa professeure refusera de la recommander pour qu’elle poursuive ses études parce qu’elle est considérée comme moins intelligente parce que Sami - elle va se rendre dans la grande ville la plus proche. Elle Marja rejoindra d’abord un garçon rencontré dans un bal avant de dormir dans les parcs. Elle est prête à tout pour se défaire de son image laponne, même à renier sa famille et leur prendre leurs seules richesses.

 

Sami Blood est un film d’Amanda Kernell, jeune réalisatrice suédoise, et décrit comme un "récit initiatique". Malgré sa construction filmique classique en flash back, il met en lumière le problème de cette minorité du grand nord. Le plus dramatique dans le film n’est finalement pas cette oppression dont est victime le peuple Sami mais le rejet de la jeune fille pour ses propres origines. Elle Marja est prête à tout pour être comme les autres suédois, elle deviendra elle-même raciste et dénigrera les habitants lapons. Un film intense et onirique.

 

Sami Blood est encore en salle à Bruxelles au Cinéma Vendôme et au Cinéma Aventure.

 

Retrouvez la bande annonce ici.