Réouverture des cinémas à Mons: films cultes et grands classiques en attendant les nouveautés

Retour au cinéma. premiers spectateurs en ce 1er juillet à Mons
2 images
Retour au cinéma. premiers spectateurs en ce 1er juillet à Mons - © RTBF

Ils trépignaient d'impatience, les voici de retour. Les cinéphiles ont retrouvé le chemin des cinémas. Mais pour voir quoi et dans quelles conditions? Les dirigeants des cinémas montois et du Festival international du film de Mons ont fait le point sur la question. Dans une des grandes salles du complexe Imagix, Jan Staelens, le directeur général ne cache pas sa joie d'avoir rouvert ses portes aujourd'hui. Son premier mot est pour le personnel: " nous avons mis la plupart de nos collaborateurs en chômage technique pendant la fermeture, aujourd'hui, une partie seulement a été réembauchée. Nous attendons de voir si le public revient et surtout combien de personnes nous pourrons accueillir ". Actuellement, la jauge est de 200 spectateurs maximum par salle mais les distances imposées ne permettent pas d'atteindre ce nombre.  Actuellement, le protocole réglementant l'ouverture des cinémas impose une rangée libre sur deux et deux places d'écart entre groupes de spectateurs appartenant à une même "bulle". Le patron d'Imagix  espère toujours un assouplissement de cette mesure: "dans un cinéma, les spectateurs regardent tous dans la même direction, il me semble que les sièges d'écart entre personnes de la même "bulle", ça devrait être suffisant " explique Jan Staelens.

Vers 13 heures, les premiers spectateurs arrivent. En famille, en petits groupes d'amis, seuls parfois. La désinfection des mains se fait dès le hall d'entrée. Le masque n'est pas obligatoire mais chaudement recommandé. Recommandé aussi, l'achat en ligne des tickets et même des boissons et confiseries… Petit coup d'œil sur les écrans de programme: les horaires sont décalés, " pour que les publics ne se croisent pas " explique le directeur " et qu'on aie le temps de nettoyer entre chaque film. Nous demandons à ce propos à nos clients de nous aider en emportant leurs déchets ". Certes, tout est mis en place pour sécuriser et pour rassurer le public mais pour voir quoi? Au programme, on retrouve les films à l'affiche mi-mars, ceux que l'on n'avait pas encore eu le temps de voir… Mais pour ce qui est des nouveautés, c'est le grand flou. Les sorties annoncées pour l'été sont reportées,  sans dates précises. De quoi énerver les cinéphiles et les gestionnaires de salles: " parmi les films qui devaient sortir pendant le confinement, certains ne vont pas sortir du tout car les délais sont dépassés, quant aux nouveaux films annoncés pour juillet, la problématique est internationale. Hollywood attend que les cinémas puissent ouvrir dans tous le états aux Etats-Unis et en Chine, donc nous sommes pris entre deux feux, les films très attendus comme Mulan et Tenet de Christopher Nolan sont postposés au mois d'août". Cette dépendance des choix d'Hollywood pèse moins sur les cinémas "art et essai". Jean-Paul Deplus, à la tête du Plaza Art annonce une programmation qui fera notamment la part belle aux productions belges "mais il n'empêche - précise-t-il - que nous sommes en panne de beaucoup de films qui étaient attendus et qui ne nous arriverons que dans la dernière partie de 2020 ".

 

Plaza Art, des collaborations avec les autres partenaires actifs dans le cinéma

Autre souci pour le Plaza, le retard pris sur le chantier du nouveau cinéma. En raison de la crise sanitaire, le chantier a pris deux mois et demi de retard. "nous espérions une ouverture pour fin octobre, nous l'espérons maintenant pour fin décembre ou début 2021". En attendant, c'est donc toujours l'auditorium Abel Dubois qui accueille trois ou quatre projections quotidiennes du Plaza Art. 

Toiles estivales en plein air au Carré des Arts

 Le Plaza profite également de l'été pour proposer des Toiles estivales en collaboration avec le Festival international du film de Mons. 18 projections les vendredis et samedis de juillet et d'août, en plein air au Carré des Arts à Mons ou à l'auditorium Abel Dubois en cas de mauvais temps. Maxime Dieu, Délégué général du festival donne un aperçu de la programmation: " on reprend des films sortis en 2019, des films grands classiques, des films à succès mais aussi des films qui ont moins bien marché comme "First Man" de Damien Chazelle ou "Bienvenue à Marwen" de Robert Zemeckis ".  Des séances à 20h, au prix de 5 euros, réservation plus que souhaitée. 

Panorama de l'offre cet été dans les salles obscures avec Hugues Dayez ce 1er juillet: