Quoi de neuf sur Netflix ? "I Am Michael"

Quoi de neuf sur Netflix ? “I Am Michael”
Quoi de neuf sur Netflix ? “I Am Michael” - © Tous droits réservés

Sorti en 2015 dans les salles obscures, ce film tiré d’une histoire vraie avait fait pas mal parler de lui à l’époque, tant le destin qu’il raconte est hors du commun. “I Am Michael” est désormais disponible sur Netflix.

 

 

Michael est un jeune homme militant pour les droits LGBT, il est aussi rédacteur-en-chef de son magazine consacré au milieu gay. Il habite à San Francisco avec son compagnon Benett où il est devenu une véritable figure de la cause homosexuelle. Il se sent particulièrement bien dans cette ville mais Benett se voit proposer un travail à plusieurs centaines de kilomètres de là, Michael est alors contraint de le suivre. C’est à ce moment qu’il commence à se rapprocher de la religion. Lui qui a toujours rejeté la croyance et dénoncé l’obscurantisme se met à relire la Bible, l’interpréter différemment. En parallèle, il fait des crises de palpitation qu’il impute à sa sexualité et son mode de vie. Bientôt, le seul remède que Michael pense efficace serait de se consacrer à Dieu, et il devient obsédé par le fait d’avoir une place au Paradis, chose qu’il ne pourrait pas obtenir s’il est gay. Il va alors quitter Benett et débuter des études pour être pasteur. Michael va ensuite se considérer comme un ex-homosexuel et affirmer que la sexualité est un choix.

 

“I Am Michael” raconte une réelle destinée, celle de Michael Glatze, lui aussi ancien journaliste homosexuel devenu pasteur hétérosexuel marié à une femme. L’homme est aujourd’hui un opposant à l’homosexualité. Aussi incroyable que cela puisse paraître, c’est donc bien d’une histoire vraie qu’est tirée ce film de Justin Kelly, avec James Franco dans le rôle principal. Si l’esthétique est classiquement américaine, le jeu est juste et l’histoire crédible, ça marche bien. On pourrait simplement regretter le manque d’attaque frontale du réalisateur envers une certaine religion fermée d’esprit dont l’éducation est basée sur la culpabilisation et le rejet de l’autre.