"Pussy" : bourgeon et jardin secret

“Pussy” :
“Pussy” : - © Tous droits réservés

Le court métrage polonais nous amène sur les chemins du plaisir féminin et de l’émancipation.

 

Dans son petit appartement, une jeune femme se prépare un thé. Alors qu’elle le boit tranquillement devant la télévision avilissante et monotone, il lui prend une envie onanique. Elle se fait alors couler un bain, s’arme d’un joint entamé et plonge dans les eaux du plaisir tandis qu’un voisin fouineur l’observe avec des jumelles. Quelques minutes après, la jeune femme est sortie du bain et continue son observation masturbatoire jusqu’à ce que son sexe s’échappe de son corps, sous la forme d’une petite bête tantôt mignonne tantôt monstrueuse. 

 

Le court métrage Pussy” de Renata Gasiorowska a été réalisé en 2016. L’animatrice polonaise traduit en des dessins délicats et modernes le chemin du plaisir féminin et la phase émancipatoire par la transformation du sexe en une entité à part entière. La réalisatrice polonaise parvient à parler d’un sujet sensible et qui est resté longtemps tabou avec de simple traits feutrés bleu, blanc, rouge et noir, sans jamais d’images grossières, elle montre pourtant la sexualité solitaire telle qu’elle est, avec des métaphores qui font sourire. Le plaisir est le thème central de ce court métrage aux ambitions féministes et à la réalisation accessible. 

 

 

Un court métrage à voir sur Arte ou ci-dessous.