"Premier contact", un film de science-fiction haletant porté par Amy Adams

"Premier contact" de Denis Villeneuve
"Premier contact" de Denis Villeneuve - © Photo Credit: Jan Thijs - Paramount Pictures. All Rights Reserved

Qui sont-ils? D'où viennent-ils? Que veulent-ils? Après l'arrivée d'extraterrestres sur Terre, une brillante linguiste est réquisitionnée pour déterminer leurs intentions dans "Premier contact", un film de science-fiction haletant et très métaphysique porté par l'actrice américaine Amy Adams.

Avec sa voix chuchotée et son air absorbé, l'actrice à la chevelure rousse est de presque tous les plans dans le film du Québécois Denis Villeneuve ("Incendies", "Prisoners" et "Sicario"), en salles mercredi.

Pressenti dans la course aux Oscars, présenté en compétition à la dernière Mostra de Venise, il est déjà sorti aux Etats-Unis sous le titre "Arrival" et a rapporté plus de 62 millions de dollars.

Amy Adams ("American Bluff", "Big Eyes") y joue le rôle de Louise Banks, une universitaire parlant à peu près toutes les langues, du mandarin au farsi, et ayant pour mission de décrypter le langage de ces extraterrestres qui se sont posés en même temps à 12 endroits de la planète.

Recrutée par l'armée américaine, elle est aidée d'un scientifique interprété par Jeremy Renner ("Démineurs", "Jason Bourne: L'Héritage"). Mais ne nous y trompons pas, le vrai héros du film, c'est elle, avec ses mains qui tremblent avant d'aller à la rencontre des aliens...

Refusant la grandiloquence et les théories scientifiques absconses, le premier film de science-fiction de Denis Villeneuve invite le spectateur à suivre les pas de son héroïne, de la base militaire où elle est installée au vaisseau où elle tente d'entrer en contact avec cette forme de vie extraterrestre.

Partout sur la planète, chercheurs et scientifiques tentent de faire de même, craignant le déclenchement d'une guerre. Sans réelle surprise, les grandes puissances se déchirent sur la réponse à donner. Un groupe d'Etats, emmené par la Chine, est déterminé à en découdre pour sauver l'Humanité.

Le réalisateur s'est inspiré de la nouvelle de l'Américain Ted Chiang "L'Histoire de ta vie".

Tout au long du film, le passé, le présent et le futur se mélangent avec l'idée de la mort omniprésente. "En étant davantage lié à la mort, et de façon plus intime à la nature de la vie et de ses subtilités, nous serions plus humbles", expliquait-il à Venise.

"L'humanité a vraiment besoin de cette humilité en ce moment. Nous sommes dans une période de fort narcissisme", ajoutait le réalisateur, qui a terminé le tournage du très attendu "Blade Runner 2049".

La suite du classique de science-fiction de Ridley Scott, 35 ans après, sera sur les écrans en 2017, avec à l'affiche Harrison Ford et Ryan Gosling.

"Premier contact" sort en Belgique le 7 décembre 2016.