"Pépé le Morse" : bourrasques familiales

Le court métrage français a reçu le Prix du public au Festival d’Annecy en 2017.

 

Sur une plage grise et vide qui pourrait être normande ou bretonne, le chant des mouettes perce le râle sourd du vent. Nous sommes au mois d’octobre et une femme, sa mère, des adolescents et un enfant affrontent les dunes, non loin de la mer. Le défilé cherche en fait un endroit où répandre les cendres du Pépé” mort il y a peu d’un cancer de la peau pour avoir trop abusé de l’exposition au soleil, à moins qu’il n’ait cramé ses poumons au goudron des cigarettes. Pépé” il était un peu comme les morses, étendu à ne rien faire dans la fournaise des UV, clope ardente au bec. La grand-mère ne cesse de s’arrêter, pensant trouver la meilleure sépulture à chaque grain de sable, ce qui a le don d’énerver sa fille et met tout le petit monde sous tension. Mais alors que tout le monde essaye de retrouver son calme et profiter de la plage, de drôles de phénomènes apparaissent : des mégots, une présence fantomatique et un morse, serait-ce la réponse de la nature aux humains ?

 

Réalisé par Lucrèce Andreae, Pépé le Morse” est un petit film tragi-comique : une situation dramatique, la perte d’un être aimé, se transforme en voyage rocambolesque où les mégots parsème le chemin de croix. Si la tension est palpable, si les éléments ne semblent pas favorables, la nature s’avère créatrice de liens et réconciliatrice. La mer, dans un premier temps hostile s’adoucit après la tempête. Le court métrage aux traits particuliers et aux couleurs passées a reçu le César de l'animation (2018) et c’est bien mérité.

 

 

“Pépé le Morse” est sur Arte.