Pas de Festival de Cannes en mai 2020, mais peut-être en juin ?

La grande machine du Festival de Cannes suspendue jusqu'à nouvel ordre
La grande machine du Festival de Cannes suspendue jusqu'à nouvel ordre - © VALERY HACHE - AFP

Le 73e Festival de Cannes ne se tiendra pas comme prévu du 12 au 23 mai, en raison de l'épidémie de coronavirus, mais pourrait être reporté, ont annoncé ses organisateurs jeudi soir dans un communiqué.

"Le Festival de Cannes ne pourra se tenir aux dates prévues, du 12 au 23 mai prochains. Plusieurs hypothèses sont à l'étude afin d'en préserver le déroulement, dont la principale serait un simple report, à Cannes, fin juin - début juillet 2020", indique le communiqué.

"Dès que l'évolution de la situation sanitaire française et internationale nous permettra d'en évaluer la possibilité réelle, nous ferons connaître notre décision", précise-t-il.

Le site officiel du Festival affichait toujours le compte à rebours afin le début de la 73e édition ce matin. Une édition qui devait être présidée par le réalisateur Spike Lee.

La décision du report ou de l'annulation pure et simple sera prise en concertation avec l'Etat, la Mairie de Cannes ainsi que les professionnels du cinéma, soulignent les organisateurs qui expriment leur "solidarité" avec les personnes touchées par le coronavirus.

Premier festival de cinéma au monde, Cannes était une des dernières grandes manifestations internationales à ne pas avoir pris de décision quant à l'avenir de sa prochaine édition, face à la crise du coronavirus.

Avant la crise du coronavirus, et un éventuel report, le Festival avait déjà été annulé deux fois. La première fois, en 1939, sa première édition imaginée par Philippe Erlanger n'avait pu voir le jour à cause de la déclaration de guerre. Ce qui implique que l'histoire du Festival commence avec sa véritable première édition, en 1946.

Et la seconde fois, en 1968, la 21e édition sera interrompue après 9 jours, à cause des événements de mai 68, et surtout sous l'influence des réalisateurs qui soutiennent la contestation et le mouvement estudiantin, dont François Truffaut, Claude Berri et Jean-Luc Godard.