"Paris est une fête" bouscule les codes du cinéma

"Paris est une fête" bouscule les codes du cinéma
2 images
"Paris est une fête" bouscule les codes du cinéma - © Paris est une fête

Une campagne de financement participatif a été lancée pour financer un film français d’un genre particulier.

 

“Paris est une fête” est le titre d’une oeuvre d’Ernest Hemingway mais aussi celui d’un film qui risque de faire parler de lui. Le long métrage a été tourné entre 2014 et 2017 avec très peu de moyens et un dispositif ultra-simple. L’équipe a décidé de se servir de la réalité pour poser l'histoire dessus, quitte à ce qu’elle soit influencée et rattrapée des fois par le réel. Paris était à ce moment touchée par des évènements particuliers et tragiques et le film repose sur cette ambiance angoissante, étouffante, écrasante, qui colle à l’état d’esprit de l’héroïne du film.

 

L’histoire est celle d’une jeune parisienne, Anna. Elle vit une histoire d’amour avec Greg, mais celui-ci veut s’installer à Barcelone. Il lui demande de la rejoindre. Alors qu’elle s’apprête à attraper son vol, Anna n’a pas son passeport et manque son avion. Celui-là même s’écrase quelques minutes après, tous les passagers sont morts. Anna commence alors à être envahie d’un malaise, elle sait qu’elle a eu une chance inouïe mais d’un autre côté se rend compte que la vie ne tient pas à beaucoup de choses. Elle sombre dans la tourmente, et Paris devient le miroir de ses troubles.

 

Le film Paris est une fête” n’est pas passé par les cadres classiques de la création cinématographique puisque le processus d’écriture et de financement ont été écourtés. Le film s’est construit au fur et à mesure du tournage et entend bousculer les codes du cinéma. Si le tournage a déjà eu lieu, l’équipe fait maintenant appel aux dons par une campagne de financement participatif afin de réussir au mieux la post-production, enregistrer une bande-sonore et rémunérer au mieux l’équipe de monteurs etc. Encore une fois, cette manière de faire sort des sentiers battus et porte ses fruits, l’objectif de départ de 10.000 euros a très vite été atteint et aujourd’hui 30.000 euros ont été récoltés, alors qu’il reste encore 30 jours. 

 

La prochaine étape restera alors de porter le film du côté des salles obscures. En attendant, pour suivre l’actualité du film : Facebook ou Twitter et bien-sûr le Kickstarter pour participer au cinéma de demain.