Oscar Isaac se prépare à être propulsé dans la galaxie "Star Wars"

L'acteur guatémaltèque Oscar Isaac se prépare maintenant à être propulsé au rang de vedette internationale grâce au prochain "Star Wars"
L'acteur guatémaltèque Oscar Isaac se prépare maintenant à être propulsé au rang de vedette internationale grâce au prochain "Star Wars" - © VALERIE MACON - AFP

L'acteur guatémaltèque Oscar Isaac, une des étoiles montantes d'Hollywood, a déjà travaillé avec les frères Coen, donné la réplique à Jessica Chastain et se prépare maintenant à être propulsé au rang de vedette internationale grâce au prochain "Star Wars".

Le 18 décembre, jour de la sortie mondiale du "Réveil de la force", le nouvel opus de la saga intersidérale, le nom et le visage d'Oscar Isaac deviendront mondialement connus grâce à son rôle de Poe Dameron, "le meilleur pilote de la galaxie", comme il le racontait lors de la récente convention "Star Wars" près de Los Angeles.

Les informations sur la nouvelle trilogie dirigée par JJ Abrams sont distillées au compte-gouttes. On sait seulement que Poe est envoyé en mission par la princesse Leia et qu'il va voir "son destin changer pour toujours".

En attendant la tempête médiatique, Isaac se remémore avec calme le vent de folie qui s'est emparé de sa vie depuis que JJ Abrams l'a appelé pour lui offrir ce rôle qui va changer sa vie.

"Ce fut totalement surréaliste, comme un rêve qu'on ne peut expliquer", a raconté l'acteur de 35 ans dans un entretien à l'AFP.

Pendant chaque journée de tournage, aux côtés des vétérans de la saga comme Harrison Ford, Carrie Fisher et Mark Hamill, il s'est senti embarqué sur des montagnes russes émotionnelles.

"Je n'aurais jamais pu imaginer, petit, qu'un jour je serais avec Harrison Ford et Chewbacca. Ca a été difficile parce qu'il fallait que j'atténue mes émotions et que je me contrôle pour pouvoir faire mon travail mais ce fut un véritable rêve de faire partie de ce phénomène", a-t-il expliqué.

Les millions de fans dans le monde comptent les jours avant de découvrir la trame du septième épisode de cette série de films, qui a déjà rapporté plus de 4,5 milliards de dollars.

Isaac, de mère guatémaltèque et père cubain, préfère prendre les choses sereinement tandis que la pression et les attentes montent à l'approche la sortie d'"Episode 7: Le réveil de la force". Il dit préférer continuer à travailler comme d'ordinaire, même s'il reconnait que "personne ne peut se préparer" à gérer l'impact qu'aura la sortie du nouveau film de la "Guerre des étoiles", le premier depuis dix ans.

Point d'inflexion

Celui qui a étudié à la prestigieuse Julliard school de New York se réjouit déjà d'avoir, en partie grâce à "Star Wars", le luxe de travailler avec les réalisateurs qui lui plaisent et surtout de "choisir des rôles différents".

Pendant des années, il a enchaîné les seconds rôles dans des films comme "La nativité" (2006), "La vie devant ses yeux" (2007) et "Robin des Bois" (2010).

Sa carrière a vraiment connu un point d'inflexion grâce à sa rencontre avec Joel et Ethan Coen.

Les frères, célèbres pour leur cinéma noir et souvent absurde, lui ont offert le rôle-titre de "Inside Llewyn Davis", dans lequel il se met dans la peau d'un jeune chanteur à New York en 1961.

Son interprétation lui a valu une nomination aux Golden Globes et l'a mis sur le radar des plus grands réalisateurs et producteurs d'Hollywood.

Depuis, il a également été l'un des personnages principaux de "The Two Faces of January" face à Kirsten Dunst et Viggo Mortensen et de "A most violent year", de J. C. Chandor, avec Jessica Chastain pour partenaire.

Aux Etats-Unis, il est à l'affiche d'"Ex Machina", un thriller de science-fiction sur l'intelligence artificielle, qui sort le 27 mai 2015 en Belgique.

Il devrait également être à l'affiche du prochain "X-Men: Apocalypse", dont la sortie est prévue l'an prochain.

Monté au firmament d'Hollywood, il rêve maintenant de passer de l'autre côté de la caméra en tant que scénariste et réalisateur. "Je ne l'ai pas encore fait parce que je n'en ai pas eu le temps. Mais j'en ai encore beaucoup, du temps, devant moi."