"Nous n'avons vu qu'une infime partie du monde" d'Avatar, selon Stephen Lang

Stephen Lang incarne un des grands méchants d'"Avatar"
Stephen Lang incarne un des grands méchants d'"Avatar" - © ©20th Century Fox France

"Nous n'avons vu qu'une infime partie du monde" créé par James Cameron dans "Avatar", affirme l'acteur Stephen Lang, qui tient le rôle du "méchant" dans cette saga fantastique, comme dans le thriller "Pioneer" qui sort cette semaine.

Le New-Yorkais de naissance âgé de 62 ans, qui incarne aussi un personnage néfaste et destructeur dans "Pioneer", sur les écrans dès vendredi aux Etats-Unis, a raconté à l'AFP "la montée d'adrénaline" ressentie en travaillant sur le plateau d'"Avatar", dont le premier opus est sorti en 2009.

Trois suites sont prévues, qui doivent sortir respectivement en 2016, 2017 et 2018.

"Faire partie de tant de métiers qui tous participent à la naissance de ce monde imaginaire, Pandora" est "excitant et stimulant", a souligné le comédien lors d'un entretien téléphonique à propos de cette giga-production au budget, pour chacun des trois longs métrages à venir, estimé à au moins 300 millions d'euros (390 millions de dollars).

Pour l'acteur vu dans "Conan" ou dans la série "New York Unité Spéciale", l'un des défis d'"Avatar" est de passer presque tout le temps du tournage devant un écran vert. Il faut alors s'appuyer sur son imagination. Et sur une production cadrée au millimètre.

"Il faut tous être bien calés. Savoir quel temps il fait" sur cette planète lorsqu'on est enfermé dans un studio alors qu'on "n'a pas besoin de se poser cette question lorsqu'on tourne par un temps glacial en extérieur à Chicago", explique-t-il.

Quant à savoir si l'histoire de Pandora pourrait s'essouffler sur trois nouveaux films, Lang assure que "le monde de Pandora est riche en nombreuses créatures et tribus. +Avatar+ est une saga, une épopée" dont le réalisateur James Cameron "n'a laissé voir qu'un aperçu", argumente-t-il.

La suite des aventures de Neytiri, la beauté bleue jouée par Zoe Saldana, et Jake Sully (Sam Worthington) sera tournée à partir de l'an prochain entre la Nouvelle-Zélande et la Californie (ouest des Etats-Unis).

Expérimentations dangereuses

"Avatar", dont le premier épisode racontait les aventures d'un soldat paraplégique envoyé sur Pandora, convoitée pour ses richesses, est le plus gros succès du box-office mondial (hors inflation) à ce jour.

Dans "Avatar", Lang incarne le personnage du Colonel Miles Quaritch, un homme vénal et sans scrupule, et c'est une fois encore ce type de personnage néfaste qu'il joue dans "Pioneer", avec également Wes Bentley ("Interstellar").

Ce thriller inspiré de faits réels et réalisé par le Norvégien Erik Skjoldbjaerg, le cinéaste d'"Insomnia" (1997) et de son adaptation américaine avec Al Pacino (2002), retrace les débuts du boum pétrolier en Norvège dans les années 80.

L'intrigue est centrée sur deux frères plongeurs, soumis à des conditions très dangereuses en profondeur pour forer les premiers pipe-lines en Norvège, qui se retrouvent pris en étau par des intérêts financiers les dépassant.

Le film prend un tournant conspirationniste de fiction mais l'acteur souligne que "beaucoup d'erreurs ont été faites de bonne foi" au début de l'ère du pétrole, qui a transformé la Norvège en pays très riche.

"Il ne fait aucun doute qu'il y avait beaucoup d'argent en jeu" dans le fait de construire un oléoduc au fond de la mer du Nord "et qu'il y a eu beaucoup d'expérimentations et d'erreurs dans les technologies utilisées", ajoute-t-il.

Comme le fait valoir le réalisateur Erik Skjoldbjaerg dans le dossier de presse du film, "certains plongeurs de l'époque sont encore en conflit avec le gouvernement" norvégien pour les "dégâts neurologiques subis" et les poursuites sont actuellement examinées par la Cour européenne des droits de l'homme de Strasbourg.

Selon lui, "Pioneer" est "au final, un film sur la façon dont une richesse soudaine vous transforme".

 

AFP Relax News