"Ni juge ni soumise" couronné au festival du film grolandais de Toulouse

"Ni juge ni soumise", un film documentaire de Jean Libon et Yves Hinant, a remporté dimanche l'Amphore d'or du Festival du film grolandais de Toulouse, ont annoncé les organisateurs.

"Ni juge ni soumise", dont le réalisateur Jean Libon n'est autre que le créateur de l'émission culte Strip-tease avec son comparse Yves Hinant, a reçu également l'Amphore du peuple, grâce au vote du public.

Dans ce film, la juge Anne Gruwez se replonge dans une affaire non résolue depuis plus de deux décennies, à savoir l'assassinat de deux prostituées dans le centre de Bruxelles.

 

"Ni juge ni soumise" décrypte avec le même cynisme notre société contemporaine. "Un film noir, drôle, cruel et grinçant", selon le document de presse du festival.

"The last family" de Jan P. Matuszynski (Pologne) reçoit le prix spécial du jury, mais aussi l'Amphore des étudiants de l'Esav, l'École Supérieure d'Audiovisuel de Toulouse.

Le prix "Michael Kael", le personnage de reporter cynique de Benoît Delépine, est revenu à "Le viol du routier", de Juliette Chenais de Busscher.

Quant au Manuel à l'usage des femmes de ménage, de Lucia Berlin, il s'est vu décerner le prix de littérature grolandaise.

Huit films étaient en compétition à l'occasion de la 6è édition de ce festival, le Fifigrot. Le jury était présidé cette année par le réalisateur Pierre Salvadori.

"Le vrai ciné grolandais est sauvage, primitif, indicible. Il fait parfois si peur qu'on en rit", avait indiqué avant l'ouverture du festival Benoit Delépine, l'un des acteurs de Groland, ce pays fictif inventé par l'équipe de l'humoriste Jules-Édouard Moustic.