Mostra de Venise 2015 : Brian De Palma en cinq films

Le réalisateur américain recevra un prix honorifique lors de la 72e édition du festival de Venise. L'occasion de revenir sur la carrière de cet Américain, qui fêtera ses 75 ans pendant les festivités.

Phantom of the Paradise
Un an avant "The Rocky Horror Picture Show", le réalisateur livrait un drame musical déjà kitsch et baroque inspiré du "Fantôme de l'Opéra" de Gaston Leroux. On est en 1974 et Brian de Palma obtient son premier succès au grand écran après des premiers films indépendants.

Carrie au bal du diable
Deux ans plus tard, le réalisateur accède au cran supérieur en signant cette adaptation du roman fantastique et horrifique de Stephen King. Salué par la critique, le film offre à Sissy Spacek le rôle emblématique de sa carrière, qui lui vaut une nomination aux Oscars. "Carrie" représente également l'une des premières apparitions au cinéma de John Travolta. Brian De Palma compte alors parmi les jeunes réalisateurs hollywoodiens les plus prometteurs.

Scarface
En 1983, c'est la consécration avec une histoire de gangsters, là encore adaptée d'une autre oeuvre, le film éponyme de Howard Hawks sorti cinquante ans plus tôt. De Palma souhaitait retravailler avec Robert De Niro mais c'est finalement Al Pacino qui immortalisera Tony Montana, un émigré cubain qui devient l'un des plus grands trafiquants de drogue aux Etats-Unis. Avant d'accéder au rang de film culte, "Scarface" est décrié par la critique et le public, qui le jugent violent et grossier (le mot "Fuck" est prononcé 207 fois).

Les Incorruptibles
Après des films peu notables comme "Body Double" et "Mafia Salad", le cinéaste renoue rapidement avec le succès. En 1987, il parvient finalement à retrouver Robert De Niro et lui confie le rôle d'Al Capone dans "Les Incorruptibles", film sur sa traque par l'agent Eliot Ness dans le Chicago des années 30. Succès total pour le réalisateur qui permet à Sean Connery de décrocher un Oscar et fait éclore deux nouveaux jeunes talents: Andy Garcia et Kevin Costner.

Mission : Impossible
Après plusieurs échecs commerciaux ("L'Impasse", "Outrages" ou "Le Bûcher des vanités"), Brian De Palma renoue avec les sommets du box-office en 1996 en acceptant de prendre en charge la version grand écran de la série "Mission : Impossible", à la place de Sydney Pollack. Tom Cruise, Jean Reno, Emmanuelle Béart, Ving Rhames participent au film qui rapporte près de 500 M$ et permet de poser les bases à ses multiples suites.

 

Toutes les infos sur le site de la Mostra de Venise: www.labiennale.org