"Minding the Gap" : grandir sur un skateboard

"Minding the gap" de Bing Liu
2 images
"Minding the gap" de Bing Liu - © Tous droits réservés

Depuis qu’il est adolescent, Bing Liu filme ses amis skateurs dans leur vie de tous les jours. Aujourd’hui âgé de 30 ans, il nous propose un documentaire de tout ce qu’il a tourné, "Minding the Gap", qui derrière ses allures de film d’exploits sportifs s’impose comme un émouvant et déchirant témoignage du passage à l’âge adulte.

Quand le film démarre, c’est l’insouciance qui domine. Accompagnant caméra en main ses amis dans leurs acrobaties, Liu capture de saisissantes images empreintes de liberté. Mais au fur et à mesure que le récit progresse, les raisons qui les ont amenés vers cette passion viennent en lumière : vie familiale compliquée, deuil et violence domestique sont leur lot à tous, et le skate leur échappatoire commune.

Alors que ses amis opèrent le difficile virage vers la vie adulte, le jeune cinéaste capture leurs témoignages et leur quotidien. Portant un regard à la fois empathique et honnête sur leur vie (et la sienne), il explore les béances qui s’y révèlent — leurs échecs, la fuite de leurs responsabilités, leur masculinité aux abois et le cycle d’abus et de misère auxquels ils tentent d’échapper.

Documentaire thérapeutique pour son réalisateur, "Minding the Gap" est aussi, et surtout, une expérience de cinéma. Maîtrisé de bout en bout dans son montage, le film créé à partir des envolées et des chutes de ses personnages une œuvre intime profondément bouleversante.

 

"Minding the Gap" est actuellement projeté au Cinéma Aventure à Bruxelles, et au Quai10 à Charleroi.