Millenium Festival : le documentaire “Dear Future Children” donne la parole à de jeunes activistes

Présenté dans la compétition internationale du festival Millenium, “Dear Future Children” offre un regard tumultueux sur de jeunes militantes, entre espoir et désespoir.

3 jeunes femmes, 3 combats et 3 pays en proie avec des luttes très actuelles : c'est la proposition de “Dear Future Children”, documentaire mi-optimiste mi-pessimiste signé par le réalisateur allemand Franz Böhm. Le cinéaste, qui n'a que 22 ans, a entrepris de donner la parole à des militantes qui tentent, autant qu'elles le peuvent, de changer ce monde dont elles ont hérité.

Comme le documentaire le rend parfaitement clair, ce sont des batailles difficiles, aussi ingrates que dangereuses, que ces jeunes femmes mènent. À de multiples reprises au cours des 90 minutes du film, elles expriment leur désespoir face à l'inefficacité de leurs actions, et leurs inquiétudes devant l'opposition violente qu'elles reçoivent en retour de leur révolte. C'est le cas par exemple de Rayen, une jeune chilienne qui manifeste contre la politique inégalitaire du gouvernement qui dirige son pays. Participante active à de multiples manifestations, elle est pleinement consciente des risques qu'elle prend : nombreux sont celles et ceux qui ont été tués ou blessés lors des affrontements avec la police.

La crainte de la violence se mêle à celle de l'emprisonnement dans le portrait que le film consacre à une autre activiste, Pepper. Cette Hongkongaise a préféré garder l'anonymat pour raconter les manifestations auxquelles elle, et des millions de ses concitoyens ont participé, s'opposant au pouvoir grandissant de la Chine sur sa région. Son portrait est peut-être le plus fort mais aussi le plus décourangeant des trois, laissant place à un constat d'échec. Celui de Hilda, originaire d'Ouganda ne manque pas d'intérêt non plus. À l'heure où le dérèglement climatique est souvent abordé au futur plutôt qu'au présent, elle affirme haut et fort avoir été victime de cette crise, et mène son combat sans concessions, tout en faisant de son mieux pour changer les mentalités.

Montée les uns avec les autres, ces trois récits de militantes se font mutuellement écho. On y entrevoit l'image d'une jeunesse qui se bat pour un meilleur avenir, sans savoir si le succès sera au bout de la lutte, mais qui peut affirmer fièrement à ses "chers futurs enfants" qu'elle n'a pas baissé les bras. Ce mélange de pessimisme et d'optimisme est tout l'intérêt du documentaire de Franz Böhm qui, dans sa forme, reste assez conventionnel, mais se démarque de tant d'autres films du même genre par sa nuance, entre espoir et désespoir.

 

"Dear Future Children" est à découvrir sur Sooner, dans la compétition internationale du festival Millenium.