Matrix bien avant l’heure ou les premiers films de l’Histoire

Alors que les premiers films de l’Histoire du Cinéma datent de 1895, certaines productions avaient déjà été tournées 25 ans plus tôt, dans les années 1870 ! Souvenirs, souvenirs…

Tous les livres dédiés à l’Histoire du Cinéma vous diront que tout a démarré le 28 décembre 1895 ! Ce jour-là, en effet, il y a 125 ans, à Paris, dans le magnifique Salon indien du Grand Café, boulevard des Capucines, quelques spectateurs chanceux assistaient à la toute première séance de cinéma de l’Histoire de l’Humanité. Médusés, surpris, mais surtout enthousiasmés, ils découvraient "La sortie de l’usine Lumière à Lyon". Considéré comme LE premier film de l’Histoire, celui-ci ne dure que 45 secondes et on le doit aux frères Auguste et Louis Lumière et à leur magnifique invention, le Cinématographe.

1895 reste donc une année réellement importante. En février (le 13), les frangins déposent le brevet de leur caméra cinématographe. En mars (le 19), ils sont à la recherche d’une histoire à raconter. Ils décident alors de filmer la sortie de leur usine à Lyon, une usine qui fabrique des plaques photographiques. Ils s’installent dans la cuisine de la loge du concierge de l’usine et ils filment à travers la fenêtre cette sortie. Oui mais voilà, la pellicule se termine alors qu’un chariot entre dans le champ. Auguste et Louis décident de filmer à nouveau la scène. La suite de l’histoire, vous la connaissez. Aujourd’hui, vous voilà plongés dans le noir, dans la salle de ciné de votre quartier, pour pleurer toutes les larmes de votre corps ou exploser de joie face aux facéties de votre acteur préféré.

2 images
Jules Janssen, astronome français (et son équipe) posant devant son revolver photographique © Droits réservés

Si vous connaissez sa suite, connaissez-vous le prologue de cette histoire ? En réalité, il existe des films beaucoup plus vieux que ceux réalisés par les Frères Lumière. Parmi ceux-ci, il y a "Le passage de Vénus". Un petit film de 6 secondes où l’on voit la planète Vénus passer devant le Soleil. Réalisé par le français Jules Janssen, ce film date de 1874, soit 21 ans avant le premier film des brothers lyonnais. Astronome et membre de l’Académie des sciences, Jules Janssen est allé au Japon filmé ce passage avec l’aide d’un revolver photographique dont il est également l’inventeur. Cette drôle de machine est un savant mélange d’appareil photo et de télescope. Bref, vous avez un boîtier photographique au bout duquel vous retrouvez un objectif long de plusieurs mètres. Ce boîtier permet de prendre plusieurs photos quasi en même temps. On appelle ça de la Chronophotographie, soit quelques clichés pris les uns à la suite des autres pour décomposer un mouvement. Une fois assemblées (et animées), les photos donnent l’illusion d’être en mouvement. Ce principe sera plus tard adapté pour la création du Cinéma avec la pellicule.

Mais revenons à notre Jules et à son rendez-vous avec Vénus. Nous sommes donc en 1874 et l’astronome français ne doit pas rater son coup car Vénus n’était plus passée devant le Soleil depuis 1769. C’est donc à Nagazaki que Jules plante son revolver pour shooter la planète Vénus avec au total 48 photographies en 72 secondes.

Alors, je ne sais pas vous mais moi quand j’entends parler de scène entièrement filmée avec des appareils photos, je pense immédiatement à "Matrix" des frères Larry et Andy Wachowski (devenus aujourd’hui les sœurs Lana et Lilly), sorti en 1999. Vous vous souvenez certainement de la scène dite du "Bullet Time" où l’on retrouvait Néo (Keanu Reeves) sur le toit d’un immeuble canardé et évitant les balles en se penchant en arrière et au ralenti ! ? Réalisée avec une série d’appareils photos, disposés de manière circulaire, cette scène est en quelque sorte de la chronophotographie revisitée en version 2.0 !

Remontons encore le temps, bien avant 1895 et arrêtons-nous en 1888, à Leeds, en Angleterre. Nous sommes dans le jardin de la famille Le Prince. Cette année-là, le 14 octobre pour être précis, Louis, le patriarche film les siens et réalise " Une scène au jardin de Roundhay ", ce que nous pourrions également définir comme l’un des (réels) premiers films de l’Histoire. Là aussi, il s’agit du procédé de chronophotographie. Chose étonnante, ces photos ne seront développées sur pellicule et montées les unes après les autres qu’en 1930 afin de les sauvegarder. Le résultat est remarquable. Voilà bel et bien un film avant l’heure, un document incroyable !