Le silence des agneaux, 30 ans après, la recette du succès

Le 14 février 1991, le film "Le silence des agneaux" sort en salles et, 30 ans plus tard, ce thriller est toujours aussi efficace. Sans oublier le fait qu’il a hissé Hannibal le cannibale dans le Top 3 des pires méchants de l’Histoire du Cinéma. Voici donc la recette de ce succès, accompagnée de celle d’un foie (de veau) et ses fèves au beurre à déguster avec un excellent Chianti !

Dis-moi ce que tu aimes manger et je te dirai qui tu es ? Voilà certainement à quoi pense l’agent du FBI Clarice Starling (Jodie Foster) quand elle croise pour la première fois le regard du Docteur Hannibal Lecter (Anthony Hopkins). Lui qui aime manger ses semblables, il est surnommé Hannibal le Cannibale. Starling a surtout besoin de l’expertise de ce prisonnier isolé et masqué pour en arrêter un autre qui semble commettre le même type de crime que lui. Mais pour l’anthropophage, c’est du donnant-donnant. Si Starling veut des informations, elle doit se dévoiler…

Dis-moi ce que tu regardes et je te dirai ce que tu aimes dévorer au Cinéma

Projeté pour la première fois sur grand écran le 14 février 1991 (on a déjà connu plus romantique comme tête à tête à la Saint-Valentin), il y a 30 ans déjà, le film "Le silence des agneaux" du réalisateur Jonathan Demme reste une œuvre importante dans l’Histoire du 7e Art pour de nombreuses raisons (outre ses 68 récompenses toutes compétitions confondues parmi lesquelles on retrouve 5 Oscars dont ceux de la Meilleure actrice, du Meilleur acteur et du Meilleur film).

lire aussi : Une nuit dans la maison du tueur du "Silence des agneaux", ça vous tente ?

D’abord, grâce à lui, nous avons fait la connaissance d’un excellent vilain, d’un parfait méchant. Oui, Hannibal le cannibale est bel et bien du genre qu’on aime détester. Ce n’est pas pour rien qu’il fait partie du Top 3 des pires affreux de l’Histoire du Cinéma avec le Joker (surtout celui incarné par Joaquin Phoenix) et Dark Vador ! Ensuite, il y a le jeu de séduction pervers entre Lecter et Starling. Vous vous souvenez de cette scène, quand Starling rend visite à Lecter pour la première fois en prison ? Ils sont séparés par une vitre trouée et le Cannibale lui demande de s’approcher pour qu’il puisse respirer son parfum ! ? Il n’y a pas plus intrusif… et sexuel. L’intimité entre les deux est malsaine. Sans oublier le masque du psychopathe qui lui couvre seulement le bas du visage et dont la bouche est rendue inaccessible avec des barres de fer. Visuellement, il est tout aussi frappant que dérangeant.

5 images
Anthony Hopkins dans le rôle d’Hannibal Lecter dit le cannibale, extrait du film "Le silence des agneaux", 1991. © Orion Pictures

Inspiré par le roman "The Silence of the Lambs" de l’auteur américain Thomas Harris (publié en 1988), ce film est aussi important parce qu’il marque un véritable basculement pour le Cinéma d’Horreur. Alors que les années 80 étaient les années des slasher-movies (à la "Vendredi 13" et autres sagas "Halloween"), les années 90 seront plus psychologiques. Certes toujours aussi terrifiantes mais davantage dérangeantes.

En fait, Hannibal est le premier des mentalistes modernes. En un regard, il arrive à cerner l’agent Starling et à percer ses secrets, ses fêlures. Sans Hannibal pas de "Se7en" de David Fincher, ni "Taking lives" avec Angelina Jolie et encore moins de "Copycat" avec Sigourney Weaver.

Dans le même genre, il y a les suites au "Silence…" qui résonnent de la même manière avec "Hannibal" sorti en 2001, "Dragon rouge" sorti en 2002 (toujours d’après les romans de Thomas Harris qui avaient déjà connu une première adaptation au Cinéma avec "Le sixième sens" de Michael Mann, véritable première apparition du Dr Lecter en salles sous les traits de Brian Cox) et "Hannibal Lecter : les origines du mal" sorti en 2007 avec l’acteur français Gaspard Ulliel dans le rôle-titre (un Lecter adolescent et jeune adulte). Et puis, il y a la série télé "Hannibal" emmenée par Mads Mikkelsen.

5 images
L’acteur Brian Cox, le premier à avoir interprété Hannibal le Cannibale dans "Le sixième sens" de Michael Mann, 1986. © De Laurentiis Entertainment Group (DEG)
L’acteur français Gaspard Ulliel dans le rôle du jeune Hannibal Lecter, 2007 © Dino De Laurentiis Company
L’acteur Mads Mikkelsen qui incarne Hannibal le cannibale dans la série télé "Hannibal", 2013 © NBC

J’ai été interrogé par un employé du recensement. J’ai dégusté son foie avec des fèves au beurre et un excellent chianti…

La citation est culte. Tellement célèbre que si, vous aussi, vous désirez vous la jouer à la Hannibal Lecter, voici une recette de foie… de veau aux fèves au beurre. "Les petits plats dans l’écran", c’est à lire ici juste après la vidéo…

Les ingrédients pour deux personnes : 2 tranches de foie de veau, 250 gr de fèves, de la farine, du beurre (beaucoup), du thym, de la crème fraîche, du sel et du poivre.

La préparation : dans une grande casserole d’eau salée bouillante, vous faites cuire vos fèves 5 minutes. Une fois cuites, vous videz l’eau et vous récupérez les fèves que vous épluchez (il suffit juste de les pincer et la fève sort de son enveloppe - mais pour que ce soit encore plus simple, vous pouvez légèrement entailler chaque fève avant la cuisson). Dans la même grande casserole vide, vous faites revenir vos fèves (6 minutes à feu doux) dans pas mal de beurre avec une cuillère à soupe de crème fraîche, le thym émietté, du sel (un peu) et du poivre. Après, vous assaisonnez vos tranches de foie de veau (un peu de beurre, du sel et du poivre) et vous les farinez. Dans une poêle, vous faites fondre du beurre pour y cuire vos tranches de foie, quelques minutes de chaque côté seulement. Servez le tout bien chaud.

Nous vous laissons le choix pour le Chianti (avec modération)!