Le Royaume-Uni veut devenir le nouveau Hollywood : Mission impossible ?

Le tournage du nouveau Batman à eu lieu cet été au Royaume-Uni
2 images
Le tournage du nouveau Batman à eu lieu cet été au Royaume-Uni - © Colin McPherson - Getty Images

Loin d’avoir été anéantie par le scénario catastrophe de la pandémie, l’industrie britannique du cinéma et des séries, déjà l’une des plus puissantes au monde, surfe sur le boom du streaming pour faire de l’ombre à Hollywood.

Avec ses paysages spectaculaires, ses châteaux gothiques, ses studios d’avant-garde, le Royaume-Uni a su au fil des années attirer toujours plus de productions internationales.

De la série Game of Thrones à des blockbusters comme James Bond ou Star Wars, les géants américains du film comme les plateformes de vidéo à la demande s’y bousculent pour leurs tournages.

Les industries audiovisuelles au Royaume-Uni connaissent un énorme succès et sont un gros contributeur à l’économie de la culture

à l’échelle européenne, estime auprès de l’AFP Gary Davey, directeur général de Sky Studios.

Le secteur emploie autour de 140.000 personnes, pèse plusieurs milliards de livres et participe au rayonnement du Royaume-Uni dans un monde où la domination américaine est écrasante.

Tom Cruise rassuré

Signe de son importance, le gouvernement avait autorisé début juillet la reprise des tournages de Mission Impossible 7, en accordant une exemption à la quarantaine pour les équipes du film. Le ministre de la Culture Oliver Dowden avait même échangé avec la star Tom Cruise pour le rassurer. Même topo pour le tournage de The Batman qui, après avoir été interrompu à cause de cas positifs dans l’équipe, a été autorisé à poursuivre à Liverpool.

Le secteur s’est remis en marche rapidement après le confinement et "la reprise des tournages a été méticuleusement préparée", explique David McGraynor, directeur opérationnel de ITV Studios.

Ce redémarrage se fait au prix d’un protocole sanitaire très strict, détaillé dans un document de 50 pages qui limite le nombre de personnes sur les plateaux et les face-à-face entre acteurs.

Les producteurs ont dû devenir plus créatifs, en réimaginant des intrigues et en ayant recours aux nouvelles technologies comme le montage à distance afin de livrer les programmes à temps et en respectant le budget

note M. Davey.

Les tournages peuvent se poursuivre pendant le reconfinement, décidé jusqu’à début décembre en Angleterre.

Si les salles de cinémas sont désertées ou fermées en raison de la pandémie, et faute de sorties accrocheuses, comme le nouveau James Bond maintes fois retardé, "le gouvernement britannique a agi très vite, ce qui rend le Royaume-Uni encore plus attractif", confie à l’AFP Vikram Malhotra, directeur général de la société indienne Abundantia Entertainment.

"Le Royaume-Uni est historiquement le lieu de tournage préféré pour beaucoup de films indiens", souligne ce producteur de Bollywood.

Outre la langue anglaise, le pays regorge d’acteurs talentueux, possède une expertise technique reconnue et propose une fiscalité avantageuse pour les productions avec, depuis 2007, un crédit d’impôt.

Bataille de studios

La crise sanitaire pourrait même donner un coup de fouet, puisqu’elle accélère la consommation de films et séries devant son écran à la maison, alors même que le basculement vers le streaming ces dernières années entraîne une ruée vers les studios.

Sky a donné son feu vert en juillet à la construction des Sky Studios Elstree qui doivent ouvrir en 2022. Ils seront situés à côté des célèbres studios Elstree, qui ont abrité les tournages de Star Wars ou Indiana Jones.

Dans l’est de la capitale britannique, les autorités locales ont validé la construction de studios géants, un projet à 300 millions de livres qui verra le jour en 2022 et entend devenir "l’Hollywood de Londres".

La capitale britannique facilite au maximum la vie des productions, source d’emplois. L’an dernier, elle avait aidé à transformer une usine désaffectée en lieu de tournage pour une production pour HBO du créateur de séries Joss Whedon, réalisateur de plusieurs blockbusters de la saga Avengers de Marvel. Disney a quant à lui noué un partenariat avec les célèbres studios de Pinewood qui s’agrandissent et veulent ouvrir des attractions pour le public.

En 2019, les dépenses dans les productions audiovisuelles au Royaume-Uni ont atteint 3,7 milliards de livres dont 2 milliards pour le cinéma. Ce dernier chiffre est deux fois supérieur à celui de la France (1,1 milliard d’euros soit un milliard de livres au cours actuel) mais loin derrière Los Angeles (7,6 milliards de dollars en 2017 soit 5,7 milliards de livres).

"Si nous pouvons maîtriser ce boom des contenus nous pourrons passer à 6 milliards d’ici 2024-2025" pour la production audiovisuelle, promettait en septembre Adrian Wooton, directeur général de la British Film Commission lors d’une conférence.

Tout cela ne s’arrête pas avec le Covid. En fait il y a encore plus d’envie

Les images amateurs du tournage de The Batman, à Liverpool :