Le rachat des Golden Globes par le groupe chinois Wanda pourrait tomber à l'eau

Wang Jianlin
Wang Jianlin - © ISAAC LAWRENCE - AFP

Le conglomérat chinois Wanda, qui avait annoncé le rachat de la société productrice des Golden Globes pour 1 milliard de dollars, pourrait ne pas finaliser son acquisition en raison de restrictions imposées par Pékin, selon plusieurs médias.

En pleine frénésie d'acquisitions, Wanda - propriété de l'homme le plus riche de Chine, Wang Jianlin - avait annoncé début novembre 2016 qu'il allait racheter la firme américaine Dick Clark Productions (DCP) "pour environ un milliard de dollars" (900 millions d'euros).

Le géant chinois de l'immobilier commercial et du divertissement faisait ainsi irruption dans le secteur de la télévision: DCP est le producteur des Golden Globes, prestigieuses récompenses du cinéma américain et impliqué dans des cérémonies en vue comme les American Music Awards ou Miss America.

Trois mois plus tard, la transaction patine et pourrait bien tomber à l'eau, selon des informations de presse concordantes mardi.

D'après le quotidien américain The Wall Street Journal, qui cite des personnes proches des négociations, l'acquisition est au point mort en raison des restrictions imposées par Pékin sur les sorties d'argent hors du pays.

Mais une source interrogée par le quotidien financier assure néanmoins que l'opération "devrait malgré tout se conclure".

Le site californien spécialisé "The Wrap" se montre plus pessimiste: il affirme, citant également des sources non nommées, que le rachat de Dick Clark par Wanda est "mort-né".

Contacté par l'AFP, Wanda s'est refusé à tout commentaire.

Soucieux d'endiguer une colossale hémorragie de capitaux hors de Chine, le régime communiste a considérablement durci les contrôles sur les investissements à l'étranger de ses entreprises.

Du coup, ces derniers ont plongé de 36% sur un an en janvier. Le gouvernement enjoint aux firmes d'éviter les investissements "irrationnels" à l'étranger, particulièrement dans l'immobilier, le sport et le divertissement, et surveille les acquisitions supérieures à 1 milliard de dollars.

De quoi assombrir les rêves hollywoodiens de Wang Jianlin: après avoir racheté en 2012 la chaîne américaine de cinémas AMC, Wanda avait mis l'an dernier la main sur le studio Legendary, producteur de "Jurassic World" et de la trilogie Batman, pour 3,5 milliards de dollars.

Or, les ambitions de Wanda - groupe réputé proche des dirigeants du Parti communiste - avaient suscité le débat aux Etats-Unis, où seize membres du Congrès s'étaient inquiétés d'une possible "extension du contrôle de la propagande (chinoise)" sur l'industrie du cinéma.


Belga