''Le jeune Ahmed'' de Luc et Jean-Pierre Dardenne, un film nécessaire

Jean-Pierre et Luc Dardenne
Jean-Pierre et Luc Dardenne - © Christine Pinchart

Ahmed a 13 ans, le film commence au moment où son histoire bascule. Ahmed fréquente un imam qui l’a pris sous son aile, et qui va en peu de temps faire de lui un religieux fanatique. Dès lors Ahmed va refuser le contact physique avec sa mère et son institutrice, qui sont les femmes de son entourage. Des femmes qui ne correspondent pas à l'image qu'il se fait d'une musulmane. Il va se concentrer sur la prière et le coran, et se construire dans le rejet des petits plaisirs de la vie. Il va devenir vulnérable, tant l’influence de l’imam est puissante. Pas de contexte social défavorisé, pas de profil type, un destin qui bascule tout simplement.

On sort du film le coeur serré par l'injustice du procédé de la radicalisation et par l'humanité des réalisateurs. Chaque geste, chaque mot, chaque attitude d'une justesse rare aide à la compréhension de ce procédé pervers.

Christine Pinchart a rencontré Luc et Jean-Pierre Dardenne