Le grand retour de Jennifer Jason Leigh au cinéma

À 53 ans, Jennifer Jason Leigh est de nouveau demandée au cinéma
À 53 ans, Jennifer Jason Leigh est de nouveau demandée au cinéma - © GERARD BURKHARDT - AFP

Star du grand écran dans les années 90, l'actrice américaine multiplie les gros projets cinématographiques. Après être remontée en selle pour Tarantino dans "Les 8 Salopards", Jennifer Jason Leigh rejoint le film historique "LBJ", centré sur l'ancien président américain Lyndon Baines Johnson.

À la fin du mois de septembre, Jennifer Jason Leigh participera au tournage du nouveau film de Rob Reiner, réalisateur connu pour "Quand Harry rencontre Sally" ou "Des hommes d'honneur". La Californienne campera Lady Bird Johnson, la femme du 36e résident de la Maison-Blanche, sujet du long-métrage dont l'interprétation est revenue à Woody Harrelson.

Ce rôle de première dame des États-Unis prouve que Jennifer Jason Leigh est véritablement de retour au cinéma après un passage à vide d'une dizaine d'années. Mais le premier à lui avoir remis le pied à l'étrier se nomme Quentin Tarantino.

Une année 2016 bien remplie

Comme il l'a déjà fait pour Pam Grier en 1997 en lui proposant le premier rôle de "Jackie Brown", le cinéaste a fait appel à Jennifer Jason Leigh pour tenir l'un des rares rôles féminins de "Les 8 Salopards" ("The Hateful Eight"), son western attendu début 2016 dans les salles obscures. L'actrice incarnera Daisy Domergue, une prisonnière qui se retrouvera coincée dans un relais de diligence à la suite d'un blizzard avec sept hommes campés par Kurt Russel, Samuel L. Jackson, Walton Goggins, Demian Bichir, Tim Roth, Michael Madsen et Bruce Dern.

La même année, elle sera à l'affiche du film d'horreur "Amityville : The Awakening", où elle jouera une mère célibataire qui emménage avec ses trois enfants dans une maison étrange située à Amityville. C'est également en 2016 que sortira "LBJ".

Une actrice à la filmographie riche

Un beau retour pour la cinquantenaire, qui n'a pas été vue dans un film notable depuis "In the Cut" de Jane Campion, sorti en 2003. Depuis dix ans, la comédienne a fait peu parler d'elle, se contentant de petits films et d'apparitions dans les séries "Weeds" et "Revenge".

Et pourtant Jennifer Jason Leigh a tourné avec les plus grands réalisateurs, particulièrement dans les années 90, qui la révèlent au grand public et confirment son talent. Ron Howard a fait appel à elle pour "Backdraft", Barbet Schroeder pour son personnage sociopathe dans "J.F partagerait appartement", Robert Altman pour "Short Cuts" et "Kansas City", les frères Coen pour "Le Grand saut" et "The Barber" et Sam Mendes pour "Les Sentiers de la perdition".