Le film sur le gynécologue congolais Denis Mukwege en salles fin mars

Denis Mukwege
Denis Mukwege - © HUGUES HONORE - BELGAIMAGE

Le film que le cinéaste belge Thierry Michel a consacré au gynécologue congolais Denis Mukwege et aux victimes des guerres de l'est congolais, en particulier les femmes, sortira en salles à partir du 21 mars, a annoncé dimanche la maison de production liégeoise Les Films de la Passerelle.

Intitulé "L'homme qui répare les femmes - La colère d'Hippocrate", ce long métrage a été réalisé en collaboration avec la journaliste Colette Braeckman. Il décrit la "lutte incessante" du Dr Mukwege pour mettre fin aux atrocités qui touchent les femmes dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), théâtre de violences depuis des décennies, et dénoncer "l'impunité dont jouissent les coupables".

Plusieurs avant-premières du film de Thierry Michel, en présence du Dr Mukwege, sont prévues en Belgique (à Bruxelles le 25 mars, à Louvain-la-Neuve le 26, à Liège et à Ath le 29 mars), avant des présentations à La Haye, Paris, Montréal, New York, Washington et Genève, précise le communiqué.

Le Dr Mukwege a fondé l'hôpital et la fondation de Panzi à Bukavu, le chef-lieu de la province du Sud-Kivu, pour aider les femmes violées dans la région et qui a déjà traité quelque 40.000 victimes de violences sexuelles souvent atroces.

Lauréat de nombreux prix et docteur honoris causa de l'Université catholique de Louvain (UCL), son nom a été suggéré plusieurs fois pour le Prix Nobel de la paix. En Belgique en 2011, il a reçu successivement trois prix: le prix Jean-Rey, le prix Roi Baudouin et le prix de la paix de la ville d'Ypres.

Il a également obtenu le 16 octobre dernier le Prix Sakharov pour la liberté de l'esprit décerné par le Parlement européen. Le discours aux accents politiques qu'il avait prononcé à cette occasion à Strasbourg lui a valu des "tracasseries" de la part du fisc congolais et plus récemment, des menaces à peine voilées pour avoir "pris à contre-pied le pouvoir en place en RDC en se prononçant le plus officiellement du monde contre la révision constitutionnelle" qui aurait permis au président Joseph Kabila de briguer un troisième mandat - interdit par l'actuelle Constitution.

Un média proche de M. Kabila a même rapporté une "rumeur" affirmant que l'ex-ministre belge des Affaires étrangères "Louis Michel tente d'imposer le Dr Denis Mukwege au sommet de l'Etat (congolais) en 2017".


Belga