Le film de Thierry Michel admis au festival de Yaoundé, lui reste persona non grata

Le réalisateur Thierry Michel
Le réalisateur Thierry Michel - © AFP Photo/Thierry Charlier

Le festival "Ecrans Noirs" de Yaoundé a finalement autorisé la présentation en compétition jeudi du film "L'affaire Chebeya, un crime d'Etat?" du cinéaste belge Thierry Michel, même si celui-ci ne sera pas convié à y assister, restant persona non grata au Cameroun, a-t-il annoncé mercredi.

"C'est donc une belle victoire pour le cinéma, la liberté d'expression, et pour les défenseurs des droits de l'homme particulièrement concernés par ce film sur l'assassinat par les hauts responsables de la police congolaise de Floribert Chebeya et la disparition de son chauffeur Fidèle Bazana" en République démocratique du Congo (RDC) il y a juste trois ans, a indiqué Thierry Michel dans un communiqué adressé à l'agence Belga.

"Merci à tous ceux qui ont réagi et interpellé le festival sur cette brutale censure d'un autre âge qui faisait tomber dans ce pays le rideau sur ce film internationalement multi-primés et déjà présenté dans plusieurs pays d'Afrique", a ajouté Thierry Michel.

Le réalisateur avait annoncé mardi qu'il ne pourrait pas se rendre au Cameroun "sur demande expresse" du gouvernement congolais et que son film, qui avait irrité Kinshasa, avait été retiré du programme du festival "Ecrans noirs", dont la 17ème édition se déroule du 29 juin au 6 juillet.

La décision d'interdire le film avait été prise par la commission de visionnage de films logée auprès du ministère camerounais des Arts et de la Culture - et non par le festival lui-même - le 28 juin dernier.

La commission a toutefois revu sa décision, sur demande de la ministre camerounaise de la Culture, Ama Tutu Muna, et a fait savoir mardi à la direction du festival que l'interdiction du film était "levée".

Thierry Michel, qui se félicite dans son communiqué d'une "levée de la censure" et d'une "victoire de la liberté d'expression" au Cameroun, a cependant précisé qu'il n'était "plus convié à venir présenter ce film" à Yaoundé, contrairement à ce qui avait été annoncé dans la lettre d'invitation du festival "Ecrans Noirs".

Le cinéaste belge reste toutefois indésirable au Cameroun, assurant ne pouvant "venir présenter ce film" au festival de Yaoundé - alors qu'il a déjà été présenté au Cameroun à l'Institut français à l'initiative de l'ambassade de France le 27 janvier dernier.

Thierry Michel avait mis en cause mardi le gouvernement congolais, affirmant que son interdiction de séjour au Cameroun avait été décrétée "sur demande expresse" de Kinshasa.

Le cinéaste belge avait été expulsé de la République démocratique du Congo (RDC) à son arrivée à Kinshasa en juillet 2011 après avoir répondu à l'invitation faite par l'ambassade de France, la Délégation Wallonie-Bruxelles, le Centre Carter, la FIDH (Fédération internationale des Droits de l'Homme) et la société civile congolaise de venir présenter le film à Kinshasa.

"L'affaire Chebeya, un crime d'Etat?" relate le procès en 2011 de huit policiers accusés de l'assassinat du directeur de l'ONG La Voix des Sans-Voix (VSV), Floribert Chebeya Bahizire, retrouvé mort le 1er juin 2010, après s'être rendu la veille à un rendez-vous à l'inspection générale de la police à Kinshasa. Son chauffeur, Fidèle Bazana Ebadi, est depuis porté disparu et présumé mort lui aussi.


Belga