Le FIFF se termine avec Mon pire cauchemar

2 images
- © rtbf

Le Festival International du Film Francophone de Namur s'est terminé en beauté, vendredi soir avec l'avant-première de la nouvelle comédie d’Anne Fontaine, "Mon pire cauchemar", avec Isabelle Huppert, Virginie Efira et Benoît Poelvoorde.



Dans "Mon pire cauchemar", Benoît Poelvoorde incarne un prolo qui vit de petits boulots et d'allocations. Sa rencontre avec Isabelle Huppert, une bourgeoise coincée qu'il ne supporte pas, va changer sa vie.

Christine Pinchart a rencontré Benoît Poelvoorde :

Ce personnage que vous jouez Benoit, pour reprendre un terme que vous affectionnez, c'est un instinctif ?

Benoît Poelvoorde : En Belgique je dirais un baraquie mais les français ne comprennent pas. Oui un instinctif, exactement, un mec assez libre, qui s'adapte à toutes les situations et qui se trouve bien partout où il est. C'est une forme d'intelligence.

C'est quelqu'un qui ne pense pas à long terme. Qui vit le présent ?

Benoît Poelvoorde : Une partie des angoisses des gens, sont liées soit à une nostalgie, soit à une peur de l'avenir. Ici il est dans la survie, et il ne pense qu'à ce présent. Ce que j'aime aussi c'est que c'est un mythomane, on sait jamais si ce qu'il raconte est vrai.

lire la suite de l'interview sur le site info


Ecouter l'interview intégrale

Benoît Poelvoorde au micro de Christine Pinchart

RTBF Culture