La sélection officielle du Festival de Cannes : Wes Anderson, François Ozon, et Lucas Belvaux

Le très attendu "The French Dispatch" de l'Américain Wes Anderson, "Eté 85" du Français François Ozon, ou deux films du réalisateur britannique oscarisé de "Twelve Years a Slave" Steve McQueen font partie de la "sélection officielle" du Festival de Cannes dévoilée mercredi.

Le Namurois Lucas Belvaux, pour "Des Hommes", est le seul représentant belge de la liste, quatorze ans après avoir été sélectionné pour "La Raison du plus Faible".

Au total, 56 films composent cette sélection officielle, label dont ils pourront bénéficier alors que l'événement, qui devait se dérouler en mai, a été annulé en raison de l'épidémie de coronavirus.

pour voir la liste officielle

"Cette sélection démontre que le cinéma est toujours vivant, il l'a été pendant le confinement aussi", a déclaré le délégué général du festival Thierry Frémaux, lors de l'annonce de cette sélection, retransmise sur Canal+, qu'il a faite aux côtés du président du Festival Pierre Lescure.

"Les cinéastes n'ont pas baissé les bras, puisqu'ils nous ont envoyé 2.067 films, qui est un record. Donc eux travaillaient, et c'était presque la moindre des choses pour nous que de recevoir ce travail, de voir les films", a-t-il souligné. "Il fallait trouver d'autres formes. Il n'a jamais été question pour nous de dire : au revoir à tous, on se retrouve l'année prochaine".

Parmi les films retenus, figurent également ceux de la cinéaste japonaise Naomi Kawase, de la Française Maïwenn ou du Danois Thomas Vinterberg.

Le cinéma belge sélectionné à Cannes

3 images
Lucas Belvaux © CHARLY TRIBALLEAU - AFP

"Des hommes", de Lucas Belvaux, est une adaptation du roman éponyme de Laurent Mauvignier qui évoque la guerre d'Algérie, avec Gérard Depardieu, Catherine Frot, Jean-Pierre Daroussin et le jeune espoir belge Yoann Zimmer.

Trois coproductions belges francophones soutenues par le Centre du cinéma et de l'audiovisuel ont également été retenues, se réjouit Wallonie Bruxelles Images. "En route pour le milliard" de Dieudo Hamadi, "Rouge" de Farid Bentoumi et "Si le vent tombe" de Nora Martirosyan.