La sélection du 67e Festival de Cannes de Cannes dévoilée jeudi

La liste publiée à partir de 11h (9h GMT) comprendra une vingtaine de films en compétition pour la Palme d'Or, la catégorie reine.

La section dénicheuse de talents "Un certain regard" en accueillera autant. Les séances spéciales et autres films projetés hors compétition complèteront le programme.

Le film d'ouverture, "Grace de Monaco", d'Olivier Dahan, appartient à cette dernière catégorie.

Nicole Kidman, qui campe l'actrice devenue princesse, est une habituée de la montée des marches à Cannes depuis "Moulin Rouge", en 2001. L'an dernier, elle faisait partie du jury, que présidait Steven Spielberg.

Cette année, c'est Jane Campion, seule réalisatrice à avoir obtenu la Palme d'or, pour "La leçon de piano" en 1993, qui succède au cinéaste américain. Les noms des autres membres du jury seront annoncés plus tard.

Les pronostics pour les films abondent mais le conditionnel reste de mise alors que le délégué général du festival, Thierry Frémaux, peut tout changer jusqu'au dernier moment.

Certains noms souvent avancés ces dernières semaines ne devraient pas en être parce que les films ne sont pas prêts: Terrence Malick, Thomas Vinterberg, Stephen Frears (sur le coureur cycliste Lance Armstrong), Suzanne Bier (qui réunissait Bradley Cooper et Jennifer Lawrence) ou le Français Xavier Beauvois.

En revanche, rien ne devrait empêcher le Canadien David Cronenberg d'être là avec "Maps to the stars", critique féroce d'Hollywood avec Robert Pattinson, que le cinéaste avait enrôlé dans "Cosmopolis" il y a deux ans.

Les Belges Jean-Pierre et Luc Dardenne, double Palme d'or ("Rosetta" en 1999 et "L'enfant" en 2005) reviendront sûrement avec "Deux jours, une nuit" et Marion Cotillard.

Autre cinéaste du social, le Britannique Ken loach, Palme d'or 2006 pour "Le vent se lève" et trois fois prix du jury, est donné présent avec "Jimmy Hall", présenté comme son dernier opus.

Annoncés aussi les Américains Clint Eastwood ("The Jersey boys") et Tommy Lee Jones ("The homesman") avec l'avantage dans ce dernier cas d'amener sur la Croisette Meryl Streep et Hilary Swank.

La magie de la palme

Woody Allen pourrait présenter hors compétition "Magic in the moonlight", tourné dans le sud de la France, avec Colin Firth et Emma Stone.

L'acteur canadien Ryan Gosling ("Drive") est guetté avec son premier film comme cinéaste, "How to Catch a Monster".

Attendu encore pour agiter la Croisette, le dernier opus d'Abel Ferrara et son "Welcome to New York", inspiré directement de la sulfureuse affaire DSK avec Gérard Depardieu dans le rôle-titre.

Si leurs films sont retenus, Eva Green et Mads Mikkelsen feront le voyage cannois pour "The Salvation", du Danois Kristian Levring ainsi que Michael Keaton pour "Birdman" du Mexicain Alejandro Gonzalez Inarritu, Channing Tatum pour "Foxcatcher" de Bennett Miller ou encore Viggo Mortensen chez l'Argentin Lisandro Alonso.

Festival mondial, il accueillerait encore des oeuvres en provenance de Chine (Zhang Yimou par exemple), du Japon (Kawase, Shion) ou de Turquie avec Nuri Bilge Ceylan, plusieurs fois récompensé à Cannes, et de Thaïlande, éventuellement avec Apichatpong Weeraseethakul, Palme d'or 2010.

Ce sera dur de choisir parmi la multitude des films français: Céline Sciamma ("Bande de filles"), Mia Hansen-Love ("Eden") ou encore Pascale Ferran ("Bird people"), Olivier Assayas et son "Sils Maria" avec Juliette Binoche et Kristen Stewart, Mathieu Amalric, avec "La Chambre bleue" ou encore Michel Hazanavicius, avec "The search" et Bertrand Bonnello, pour le deuxième opus de l'année consacré à "Saint Laurent".

Parmi les surprises, le blockbuster "X-Men: Days of future past", avec Hugh Jackman, Jennifer Lawrence et Omar Sy, pourrait envahir la Croisette.

Pour les talents en devenir, qu'importe la section car "pouvoir mettre une palme sur une affiche, pour les ventes internationales, c'est déjà très important", rapporte à l'AFP un fin connaisseur du milieu, allusion à l'emblème cannois.

En ayant été choisi pour ouvrir la section Un certain regard, "Party Girl", un premier film français écrit et réalisé par un trio de jeunes cinéastes, a déjà fait un bond considérable en termes de notoriété, avant même sa projection.

 

AFP Relax News