"La révolution n'est pas un dîner de gala" : la révolte aux cheveux roses

"La révolution n'est pas un dîner de gala" : la révolte aux cheveux roses
"La révolution n'est pas un dîner de gala" : la révolte aux cheveux roses - © Tous droits réservés

Tout juste sorti de la Fémis, Youri Tchao-Débats signe un court métrage hommage à l’émancipation et à l’errance.

 

Sur une aire d’autoroute, une jeune femme aux cheveux roses et à l’allure aventureuse cherche une voiture pour monter à Paris. Elle essuie plusieurs refus avant de tomber sur Karim, un jeune homme, tee-shirt rouge et look plus conventionnel. Après un difficile échange entre les deux, Lola et Karim font la route ensemble. Plus détendus, ils se racontent, elle souhaitant percer dans le milieu de la comédie, lui de la politique, elle cherchant la lumière, lui la révolution. Quand ils arrivent à la capitale, Karim demande le numéro de Lola. Après avoir été mise à la porte par sa mère, elle appelle l’automobiliste. 

 

“La révolution n’est pas un dîner de gala” est un court métrage d’un ancien étudiant de la Fémis, Youri Tchao-Débats. Le jeune réalisateur, qui a suivi des études de montage, voulait absolument tourner une nouvelle fois avec son actrice principale, Coralie Russier, qui avait déjà été protagoniste dans son premier film étudiant. Youri Tchao-Débats a voulu rendre hommage à l’audace et à la marge et construire un personnage féminin en marge et héroïque à la fois. Lola est à la fois libre et agaçante, pleine de bagou et presqu’impolie. Mais on sent en elle une force, une liberté et un courage fort. Elle trouve en Karim un personnage rassurant mais aux idées révolutionnaires. Ce court métrage d’une vingtaine de minutes est une ode à la liberté vagabonde. Le titre est une référence directe à un album du groupe de rock français Ludwig von 88, sorti en 2001.

 

“La révolution n’est pas un dîner de gala” est à voir sur Arte.